C’est arrivé loin de chez vous

Népal : grosse bringue sur le toit du monde

21 avril 2017
Népal

Célébrissime disc-jockey britannique, Paul Oakenfold ne fait rien comme les autres : le 11 avril dernier, il a mis l’Himalaya en boîte en organisant une fête sur l’Everest ! Perché à 5 380 mètres d’altitude, le camp de base de Chomolungma, est devenu le night-club le plus haut du monde.   

Collectionnant les Grammy Awards, les remixes et les collaborations avec Madonna, U2 ou Daft Punk, Paul Oakenfold est l’un des plus prestigieux DJs du monde. Mais comment pouvait-il encore aller plus haut après trente ans de carrière ?
Mardi dernier au matin, il a tout bonnement installé ses platines sur le camp de base de l’Everest, afin d’y produire un « set » de musique électronique à couper – littéralement – le souffle. Son matériel transporté par les sherpas, la star des nuits de la jet-set aura dû marcher dix jours pour atteindre le pied de la pyramide sommitale de l’Everest. « Je ne vais pas prétendre que cela a été facile de monter ici » a-t-il reconnu devant l’AFP « mais c’était un trek magnifique. »

Joué devant un public d’alpinistes venus faire l’expérience – de plus en plus commerciale sinon mortelle – de l’Everest au meilleur de sa saison, cet événement n’était pas que tourné sur la petite personne de Paul Oakenfold. Il avait officiellement pour but de sensibiliser le changement climatique et de lever des fonds pour diverses associations de défense de la nature. De nobles objectifs qui en masquent peut-être de plus prosaïques, purement promotionnels ceux-là : Chomolungma (« demeure de la divinité » en tibétain) étant devenu ces dernières années un véritable capharnaüm envahi par les marchands du temple et les faiseurs de buzz…