La crème de la crème

4 étonnantes fêtes des mères dans le monde

12 mai 2016
mères

Fin mai, ce sera la fête des mères, ce festival annuel du macramé, des photo-montages et des colliers de coquillettes panzani… Mais il n’y a pas que la France qui fête les mamans : petit tour de la planète en l’honneur de celles à qui l’on doit tout. Bonne(s) Fête(s), Maman(s) !

 

  1. Bolivie : le 27 mai

En Bolivie, la fête des mères est une chose prise – politiquement – très au sérieux. Le 27 mai 1812, les femmes quechua de Cochabamba se soulevèrent pour protéger leurs enfants contre les troupes d’un remuant général Tapioca local, jamais en retard d’un petit matage de révolution. Toutes ces mères furent massacrées. On fête depuis le jour sombre « des valeureuses héroïnes de Coronilla », du nom de l’endroit où elles sont tombées.

Pour dire ¡ Feliz día de la Madre ! en Bolivie, c’est ici avec MARCO VASCO

 

  1. Égypte : le 21 mars

On doit la paternité de la première Fête des Mères à deux journalistes, Mustafa et Ali Amin, les fondateurs du quotidien Akhbaar Al-Yawm. En 1956, très émus par la lettre d’une veuve abandonnée par ses fils, ils proposèrent l’idée à leurs lecteurs qui choisirent pour l’occasion la date du 21 mars, jour du printemps et Nouvel an des chrétiens coptes. Depuis, l’idée s’est répandue dans les pays du monde arabe.

 

  1. Thaïlande : le 12 août

Comme dirait l’adage thaï : « On n’est jamais mieux servi que par sa reine ». C’est donc tout naturellement le jour de l’anniversaire de la Reine Sirikit, maman de toute la nation, que ses sujets sont priés de fêter les leurs, les vraies. Dans toutes les écoles du pays, les enfants s’agenouillent devant leur mère et leur déclarent un amour solennel. Les plus âgés répètent quant à eux des danses en leur honneur. Par tradition, on offre à sa maman une fleur de Jasmin. Plus poétique que notre sacro-saint collier de nouilles !

Pour célébrer la « Wan Mae » en Thaïlande c’est par là avec MARCO VASCO

 

  1. Éthiopie : on ne sait pas trop…

Pas de date précise en Éthiopie et cela pour une raison simple : au pays des hauts-plateaux et du temple de Yeha, il faut attendre la fin de la saison des pluies – vers octobre/novembre – pour que les familles puissent enfin se réunir et rendre hommage à leur mère. C’est alors l’occasion d’une fête de trois jours localement appelée l’Antrosht. Les enfants apportent les ingrédients d’un hachis de viande typique et les femmes s’oignent de beurre pour entamer des chants tribaux. Ambiance !