Le chiffre de la semaine

66.6%

24 mars 2017
66

66,6%, c’est la chute drastique de la profitabilité des compagnies aériennes des Emirats Arabes Unis. Mais derrière ce chiffre quelque peu diabolique, que se passe-t-il dans le ciel du pays de l’Or Noir ?

Emirates, Etihad, Fly Dubai, Air Arabia, les fleurons volants des Emirats Arabes Unis n’engrangeront en 2017 « que » 300 millions de dollars de profits, selon l’IATA. Une misère au pays des pétrodollars…
D’autant plus qu’en 2016, les mêmes compagnies avaient engrangé 900 millions. Ce crash des bénéfices s’explique par plusieurs facteurs : une surcapacité dans un contexte d’atonie de la demande; soit, en d’autres termes trop d’avions commandés, qui volent à moitié vides mais qu’il faut quand même entretenir et rembourser. Et une situation politique pour le moins chaotique (on rappelle au passage que le Moyen-Orient est à feu et à sang).

Cette situation pourrait avoir des conséquences sur le Groupe Airbus et l’industrie aéronautique du Sud-Ouest (Putaing-cong) Ainsi Emirates, tout en annonçant l’arrivée glamour de son A 380 sur la riviera niçoise dès le 1er juillet, vient de retarder la livraison de douze A380 sur les deux années à venir. Cela n’arrange pas les affaires du super-jumbo d’Airbus, dont le programme vit des heures difficile avec zéro vente en 2016… Et maintenant 12 grosses baleines qui vont sécher sur le tarmac toulousain ! Tant que ce ne sont pas des salariés, tout va bien. Du moins, pour le moment…

Venez au secours des Toulousains et partez au Moyen-orient ! moyenorient.marcovasco.fr/voyage-emirats-arabes-unis.html