Le chiffre de la semaine

Quatre-vingts

31 août 2017
Qatar

Ou la grande opération « portes ouvertes » que mène l’ex-petit-émirat-qui-monte, en pleine déconfiture diplomatique, afin de se refaire la cerise. Savoureux. 

80 ! Ce n’est pas le prix du baril de pétrole, mais le nombre de pays dont les citoyens n’ont désormais plus besoin de visa pour rentrer au Qatar.
Mais pourquoi ce si délicieux, et soudain, élan de générosité ? C’est que les Qataris se sentent un peu seuls ces derniers temps : ils se sont fâchés à mort avec leurs voisins du Golfe, Saoudiens en tête, qui les accusent des pires péchés de la terre.

Reste que l’orgueilleuse péninsule se défend avec opiniâtreté contre tant d’indignité. D’où cette mesure, clairement destinée à rompre l’isolement du pays. Elle se donne même pour objectifs de « développer le tourisme et de faciliter les échanges commerciaux » avec le reste du monde. Mais attention, pas n’importe lequel ! La générosité des Qataris ne s’étend pas aux réfugiés des guerres proche-orientales qu’ils ont, comme d’autres, contribué à attiser. Non, parmi les heureux élus figurent donc la France, l’Autriche, la Belgique, la Finlande, l’Italie, ou l’Allemagne, dont on convoite le pouvoir d’achat et les devises qui vont avec.

On peut donc remercier chaleureusement l’Arabie Saoudite, cet autre grand pays d’ouverture, d’avoir aussi bien contribué à l’opération « portes ouvertes » actuellement en cours à Doha. Profitez-en, toutes les bonnes choses finissent par avoir une fin !


En matière d’ouverture au monde, certains sont encore pires ! En voici la preuve avec ce Very Bad Trip ultra-sécuritaire au plus près des frontières les plus verrouillées du Monde.