Le Very Bad Trip

Rencontre avec les 5 pires gangs de la planète

14 avril 2016
gangs

En cherchant le (mauvais) garçon, l’Œil de Marco a exploré les quartiers malfamés comme les coulisses feutrées de la voyoucratie en col blanc. Rencontre avec les pires gangs de la planète.

 

  1. Les MS-13, États-Unis

En Europe, on les connaît pour leurs tatouages, leur férocité et leur implication dans l’assassinat du journaliste-ethnologue Christian Poveda en 2009. Le MS 13, également connu sous le nom de « Mara Salvatrucha », est un gang sans pitié qui étend sa toile des barrios de Los Angeles – où il est né dans les années 80 – au Salvador – d’où sont issus ses membres – jusqu’au Canada – où il se répand comme la peste. On parle d’une force de 80000 combattants « spécialisés » dans le trafic d’armes, de drogue, la prostitution et le racket : c’est plus que l’Armée de Terre française !

 

  1. Les Mungiki, Kenya

Un clan assez récent puisqu’il a émergé du côté de Nairobi dans les années 80. Ses spécialités sont diverses : trafic d’armes, de drogues, racket sur les commerçants, assassinats, rituels… Il a pour spécificité de recruter ses membres parmi l’ethnie Kikuyu, majoritaire dans le pays. Les Mungiki prêtent également main forte à quelques politiciens sans scrupules au moment des élections.

 

  1. Les United Bambou, Taïwan

Leur nom, aux accents sympathiques de percus africaines, fait trembler ceux qui ont le malheur de les connaître. Leurs racines remontent aux années 50, lorsque des militaires membres de Kuomintang décidèrent de se lancer dans le crime organisé. Assez méconnus, ils sont pourtant très influents en Asie comme en Amérique du Nord. Quant à leurs « talents » criminels, ils s’expriment dans des registres très variés : jeux, stupéfiants, traite d’êtres humains et opérations immobilières.

 

  1. Les Yakuzas, Japon

On les dit en pleine décadence, mais ils répondent toujours présent. Rendus célèbres par une industrie cinématographique complaisante qui leur prêta sur pellicule des faits prétendument héroïques, les Yakuzas ont fait de la corruption et de l’intimidation leurs fers de lance, allant jusqu’à assassiner le maire de Nagasaki en 2011. Leurs récents efforts pour se donner une image plus respectable n’ayant pas fait long feu, ils sont réputés en péril, pris en étau entre l’implacable justice nippone et les très agressives triades chinoises.

 

  1. La Mongrel Mob, Nouvelle-Zélande

La Mongrel Mob est un gang né en Nouvelle-Zélande dans les années 60, à l’image des gangs de bikers qui semaient la terreur sur les routes américaines. Eux aussi sont reconnaissables par les tatouages d’origine tribal qui ornent leurs visages sous l’influence des Maoris qui ont rejoint le mouvement. La Mongrel Mob fonctionne avec une hiérarchie identique à celle d’une armée et est connue pour ses braquages de banque et ses activités dans la prostitution.