Le Very Bad Trip

Spécial Journée de la Femme :
4 sociétés matriarcales déconseillées aux voyageurs machos

10 mars 2017
matriarcales

Il existe sur Terre d’étonnantes sociétés où l’ordre social est féminin et maternel. Cette semaine, L’Œil de Marco propose un very bad trip uniquement dédié aux Zemmour, Booba, barbus et autres chantres du machisme !

 

  1. Les Guayakis du Paraguay

C’est l’une des plus énigmatiques sociétés amérindiennes. Chez les Guayaki – également appelés Aché -, il est dit que le sperme de plusieurs pères est nécessaire à la procréation d’un enfant « fort ». Ainsi, une femme guayaki « possède » t-elle généralement deux hommes. Dans cette société de la « paternité séparable » où la jalousie n’a pas droit de cité, c’est la femme qui choisit ses partenaires. Ces mœurs plurielles auraient eu pour résultat une baisse de la mortalité infantile. Et toc !

 

  1. Les Na de Chine

Si la perpétuation du nom du mâle semble faire la fierté des pères de famille du monde entier, ce n’est pas du tout le cas des Na : chez cette peuplade du sud-ouest de la Chine, c’est le nom de la mère qui est donné aux enfants. Ce sont aussi les oncles maternels qui sont en charge de l’éducation des rejetons, et non le père. En pays « moso » (l’autre nom des Na), la fidélité et la jalousie n’existent pas non plus. On change d’amants au gré des envies, la nuit venue. Des mœurs qui n’ont pas été sans contrarier le rigorisme – même de façade – du gouvernement chinois. Mais qui plutôt amusé le libertin Mao, dit-on !

Mesdames, réservez votre billet pour la Chine à 15h40 (heure symbolique à partir de laquelle vous travaillez gratuitement par rapport à ces messieurs) : chine.marcovasco.fr

 

  1. Les Kashi d’Inde

Pour rencontrer les Kashi, il faut se rendre dans l’état du Meghalaya, dans le Nord-Est de L’Inde. Vu d’ici la société Kashi tient de la bizarrerie : c’est en effet la fille cadette de la famille, la Khaddu, à qui revient le rôle… de chef de famille ! A elle de s’occuper de l’avenir de la maison et de la gestion des terres agricoles et tant pis si elle se rêve plutôt en avocate ou en médecin. Une situation épouvantable pour les garçons : eux n’héritent de rien et se retrouvent sans le sou en cas de divorce. Pas d’égalité des sexes chez les Kashi donc, mais la révolte gronde chez les hommes qui depuis peu se sont mis à revendiquer un soupçon de parité.

 

  1. Les Minangkabau d’Indonésie

Eh oui, il existe une société à la fois matrilinéaire et musulmane ! Ce sont les Minangkabau que le voyageur croisera du côté du Sumatra Occidental en Indonésie. Dans ce groupe ethnique, les femmes jouent tous les rôles : ce sont elles qui gèrent et transmettent les biens de la famille, tout en s’occupant de la bonne tenue du foyer. Dans cette société « avunculaire », c’est l’oncle de la mère qui prend en charge l’éducation des enfants. Mais la femme garde les pleins pouvoirs. De quoi donner des angoisses aux barbus du monde entier !