C’est arrivé loin de chez vous

Afghanistan : quand Donald effraie les Mickeys

23 mars 2018
talibans

Appeler son fils Donald Trump, cela n’étonne pas grand monde au Texas ou dans la « Bible Belt ». Mais au pays des Talibans, c’est soudain beaucoup moins drôle…

 

L’Afghan Sayed Assadullah Pooya possède une particularité qui le distingue de Meryl Streep et des lecteurs de L’Obs : c’est un fan inconditionnel du très controversé président des Etats-Unis Donald Trump !
Avec son épouse Jamila, ce couple déjà parent de deux enfants a eu l’étrange idée de donner à leur dernier-né le nom de l’actuel résident de la Maison Blanche. Une décision qui leur a valu de se faire très mal voir de leur propre famille. Ainsi abandonnée des siens, la petite famille de Sayed Assadullah a donc décidé d’emménager dans un quartier chiite de Kaboul. Mais c’est après avoir divulgué la carte d’identité du bambin sur Facebook que les choses ont résolument tourné au vinaigre. Désormais menacés de mort au pays des Talibans, et traités comme des parias par les partisans d’Ali, Sayed et sa petite smala sont désormais pressés de quitter leur maison par des voisins peu affables.
Quoiqu’il en soit, le papa, séduit par les traductions en persan des livres aux titres évocateurs ( « Comment devenir riche », « Penser comme aux milliardaires », « Survivre au sommet » … ) de son petit maître à penser, a déclaré à l’AFP « ne pas vouloir changer d’avis », bien prompt à envoyer ses contradicteurs « au diable ». Au pays de la kalachnikov-reine, c’est ce qu’on appelle en avoir dans le sarouel !

 

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, The Donald Trump est décidément  une sacrée tête de Turc !