C’est arrivé loin de chez vous

Bangkok ne tient plus qu’à un fil

18 janvier 2018
fils

Hong Kong avait déjà subi la (triste) chasse des ses néons mythiques. Aujourd’hui, c’est au tour de Bangkok de mettre à mal l’un des symboles de la ville : l’enchevêtrement anarchique de ses fils électriques.

 

L’anarchie totale qui régit les installations des fils électriques dans les rues de Bangkok brûle ses derniers feux.
L’image pittoresque de ces masses enchevêtrées, mélangées, enroulées sur les poteaux des rues est jugée négative par les tenants de l’industrie du tourisme. La faute, selon la rumeur, à Bill Gates qui, après l’avoir photographié lors d’un séjour en 2016, aurait posté tout le mal qu’il pensait de ce « cauchemar » visuel.

Ainsi, près de 1 200 poteaux ont déjà été retirés des principales rues de la ville et la compagnie d’électricité publique espère, d’ici 5 ans, enterrer 127 kilomètres de câbles. Pas grand-chose au demeurant, puisque la capitale thaïlandaise et sa banlieue comptent sur un réseau de 3 000 kilomètres de fils. Comme quoi les autorités n’ont fait que s’attaquer au tout début de la pelote…

 

Bangkok, c’est aussi la Venise de l’Asie qui recèle des trésors d’enchantements que sa sulfureuse réputation ne saurait ternir. Elle est une cité de mystères d’Extrême-Orient qui a beaucoup à offrir au voyageur curieux. L’Œil de Marco vous en donne le meilleur.