C’est arrivé loin de chez vous

Colombie : drôle de trafic à Bogotà !

16 novembre 2018
grenouilles

Kokoï, okopipi et lehmanis : 216 grenouilles venimeuses ont été retrouvées abandonnées au fond d’un sac dans les toilettes de Bogotà. Le fruit défendu d’un fructueux trafic. Alors, la cocaïne, ça ne paye plus ? C’est Pablito Escobar qui doit (encore) s’en retourner dans son tombeau.

En Colombie, ce n’est pas la fête à la grenouille…

Si l’Eldorado s’est bien remise de sa narco-guerre civile, elle n’est toujours pas à l’abri des bandits les plus sournois qui soient. Mercredi, les autorités de l’aéroport de Bogotà ont découvert, abandonné dans un sac de voyage un bien curieux « trésor » : pas moins de 216 batraciens venimeux particulièrement prisés des collectionneurs occidentaux.

Vivantes, les petites bêtes étaient cachées dans des petites boîtes de pellicules photo (ça existe encore, ça ?) que le trafiquant avait glissé sous plusieurs piles de vêtements. Parmi les espèces retrouvées, des grenouilles Kokoï, des Okopipi ou encore l’Oophaga lehmanni. Elles ont toutes pour propriété d’être très toxiques et le simple fait de les manipuler peut entraîner la mort.

Mais au-delà du risque, leur contrebande peut rapporter gros : près de 2 000€ par grenouille ! Les douaniers pensent que les malfaiteurs souhaitaient transporter leur butin jusqu’en Allemagne afin de le revendre à des amateurs. Personne n’a été arrêté pour l’instant. Les grenouilles, elles, seront remises dans leur milieu naturel, principalement dans le département colombien de Choco, sur la côte Pacifique. Et qu’on les laisse croasser en paix !