C’est arrivé loin de chez vous

Japon : pas de pause pour les bonzes

25 mai 2018
Japon

Au Japon, nul besoin d’être un employé de bureau pour souffrir d’un burn-out. Un moine bouddhiste, victime de surmenage au travail, vient de se retourner contre ses supérieurs.

 

Vous reprendrez bien un peu de zen ? Pour ce moine japonais de la quarantaine, le temps serait certes au repos mais aussi au règlement de comptes. Cette atypique affaire se déroule sur le site sacré du Mont Koya, au sud d’Osaka.

Selon les propos de son avocat, Maître Noritake Shirakur, rapportés dans le Japan Times ; l’homme de foi aurait décidé d’attaquer en justice ses ex-employeurs après avoir travaillé plusieurs mois sans repos, multipliant les tâches non-spirituelles, comme le ménage ou l’accueil de touristes. Il se retrouve aujourd’hui en dépression, épuisé par ces mois de travail non-stop. « En tant que moine, vous n’avez pas d’heures fixes (…) nous allons défendre le fait qu’une telle notion soit dépassée » a ajouté l’avocat. Le moine, a préféré garder l’anonymat pour pouvoir d’ici peu retrouver un travail dans la petite communauté de Koya.

Ce cas précis de « karoshi » (le burn-out en japonais), n’est pas une première dans le milieu très révéré des communautés bouddhistes nippones. L’année dernière, le Higashi Honganji, illustre temple de Kyoto, avait déjà dû faire ses excuses pour de sombres histoires de harcèlement au travail.

Moine au Japon, serait-ce pire que la Légion ? De là à se mettre à chanter : « Tiens, voilà du Bouddha » …

 

Parmi les nombreuses tâches qui sont confiées aux moines bouddhistes, L’Œil de Marco vous dévoile la plus étonnante d’entre-elles.