C’est arrivé loin de chez vous

Portugal : Mauvaise odeur sur le tarmac

8 juin 2018
odeur

Ce n’est jamais simple de prendre l’avion à côté d’un inconnu à l’hygiène douteuse. Mais de là à procéder à un déroutage d’urgence pour odeur pestilentielle, il y a un fossé. C’est pourtant ce qui vient d’arriver à un vol Transavia reliant les Canaries à Amsterdam.

 

Bébé braillard, voisin de siège ivre mort, enquiquineuse de première (ou de classe éco) … Tout quidam s’étant retrouvé dans un avion aux côtés d’un tel personnage sait à quel point il est difficile de cultiver l’art de la patiente compassion. Mais ce que viennent de connaître les passagers d’un vol de la compagnie low-cost Transavia reliant les Îles Canaries à Amsterdam, dépasse toute commune mesure.
Le week-end dernier, l’irruption dans l’allée de l’avion d’un homme dégageant une odeur pestilentielle a révulsé, avant même le décollage, ses compagnons d’infortune aérienne.

Une fois le coucou dans les airs, ce fut une débâcle ad nauseam : plusieurs malheureux se retrouvèrent la tête dans le sac à vomi et d’autres se sont mis à pousser de déchirants cris de dégoût devant tant d’effluves « zombiesques ». Le très sérieux quotidien batave De Telegraaf relate la suite de l’incident en détails : repoussé aux confins de l’avion, le malodorant importun fut ensuite enfermé dans les toilettes, laissant autour de lui une tenace « odeur de cadavre en décomposition » ! Trop, c’était trop : le capitaine décida d’atterrir en urgence à l’aéroport de Faro, au Portugal, où le voyageur vraisemblablement malade – un peu d’empathie, que diable ! – fut pris en charge par une équipe médicale.

Puis, l’avion a été désinfecté de fond en comble. Les autres passagers ont-ils pour autant été remboursés après cette expérience olfactivement traumatisante ? Evidemment que non. L’argent, lui, n’a toujours pas d’odeur.

 

Sympa comme histoire ! Y a-t-il d’autres danger à éviter dans l’avion ? L’Œil de MARCO à enquêté pour vous.