La crème de la crème

In memoriam : sur la piste de l’étoile Bowie

20 janvier 2016
david bowie

L’archange pop David Bowie s’est retourné en poussière d’étoile sur Mars, au grand dam de ses fans restés sur Terre. Voici 5 lieux de pélerinage dans le Monde, sur les traces du légendaire Duke

  1. 23, Heddon Street, Londres, Angleterre.

C’est la rue qui apparaît sur l’album de 1972, The Rise and Fall of Ziggy Stradust and the Spiders from Mars. Sur la couverture, Ziggy Stardust, le double extraterrestre et allumé du chanteur, émerge au milieu des poubelles et des cartons londoniens. Pour les Britanniques, électrisés par une apparition dans l’émission phare de la BBC Top of the Pops, ce fut l’avènement de la révolution Bowie, son Abbey Road à lui.

  1. 155, Hauptstrasse, Berlin, Allemagne.

1977 est une année sombre pour le chanteur, alors sous nocives influences. Il s’exile en Allemagne avec l’icône punk Iggy Pop dans un immeuble voisin du Mur de Berlin. Vingt ans plus tard, sa participation au mythique Concert for Berlin, et sa chanson emblématique Heroes préfigureront, d’avis de mélomanes poètes, la chute du « Mur de la honte ». Si les Beatles étaient plus connus que le Christ, Bowie aurait-il été plus influent que le Pape ?

  1. Château d’Hérouville, Hérouville, France.

Dans une nouvelle fuite en Européenne, loin de l’atmosphère délétère de Los Angeles qui aurait pu lui être fatale, David Bowie passe par le Château d’Hérouville. Pas très glamour le Val d’Oise à première vue, mais c’est dans cette gentilhommière du 18e siècle, transformée en studios par feu le compositeur génial Michel Magne, que l’icône en reconstruction enregistrera en partie Low, autre album-phare.

  1. Rarotonga, Îles Cook, Océanie

Durant l’été 1982, le chanteur débarque à 3 000 kilomètres de la Nouvelle-Zélande, une île au cœur de l’Océan Pacifique. Non pour y travailler ses vocalises mais pour y faire l’acteur, autre corde à son arc élégiaque. Réalisé par Nagisa Oshima, transcendé par la musique de Ryuichi Sakamoto et révélant Takeshi Kitano au monde entier, Furyo marquera l’apothéose de la carrière de Bowie au cinéma.

  1. Madison Square Garden, New York

Un soir de tempête de neige rageuse sur la Côte Est, David Bowie ameuta les foules dans la légendaire et mastodontesque salle de concerts pour son cinquantenaire. Nous sommes le 9 janvier 1997 et il n’est pas seul : Lou Reed, Franck Black, Robert Smith et les jeunes échevelés de Foo Fighters et de Sonic Youth accompagneront son entrée dans la décennie des 50e hurlants. Un événement mo-nu-men-tal !