Le chiffre de la semaine

48 000

14 juin 2018
serpent

Au Japon, l’autre pays de la procédure-administrative-qui-décourage-les-usagers, on ne rigole pas avec la législation. Le géant américain Airbnb vient d’essuyer une humiliante rebuffade payée au prix fort. Le Chiffre de la semaine vous explique tout sur ce coup de samouraï. Dura lex, sed lex, ça se dit comment en nippon ?

 

48 000 ! C’est le nombre de logements proposés au Japon par AirBnB qui ont dû être abruptement sabrés de la plate-forme de location, suite à la mise en place d’une nouvelle loi. Celle-ci obligeait tout simplement les propriétaires désirant louer leur habitation à se faire enregistrer auprès des autorités avant le 15 juin. Autant dire mission impossible, quand on connait la décourageante lourdeur administrative japonaise. En conséquence, un nombre record d’entre eux n’ont eu d’autre choix que de se faire hara kiri de leurs ambitions locatives.

Afin d’éviter que ses clients ne se retrouvent à la rue, Airbnb a dû voler à leur secours, en se saignant au passage de la modique somme de 10 millions de dollars. Une bagatelle consacrée principalement à leur fournir un hébergement de secours. Les hôteliers traditionnels, à qui la plate-forme américaine avait taillé de sacrés croupières ces dernières années, ont dû trouver cette ironie du sort particulièrement savoureuse. Le goût de la vengeance, peut-être ?

 

©Cahil.co

Il n’y a pas que les Nippons qui perdent des plumes avec Airbnb : L’Œil de Marco a enquêté pour vous aux Etats-Unis.