C’est arrivé loin de chez vous

Qatar : vaudeville en plein ciel

17 novembre 2017
épouse

Des vols déroutés, il y en a eu un sacré lot dans l’histoire de l’aviation. Mais là, pas question de turbulences ou d’avarie technique : « juste » une épouse bafouée et drôlement imbibée d’alcool. Haram ! Jalousie, quand tu nous tiens…

« Une femme blessée est une femme imprévisible » a écrit Tahar Ben Jelloun. C’est ce que se sont certainement dits les passagers d’un vol Qatar Airways qui, la semaine dernière, reliait Doha à l’île paradisiaque de Bali.
A son bord cossu, une passagère originaire d’Iran a profité du sommeil de son mari pour aller fouiller dans le téléphone de ce dernier et y découvrir – ô scandale ! – ses transports amoureux pour une autre femme.

Selon le quotidien Times of India, le sang de l’épouse bafouée – et passablement ivre – n’a fait qu’un tour ! Après avoir rossé son coupable compagnon, elle s’en est ensuite pris au personnel de bord, victimes collatérales de son ire. Face à cette virago courroucée, les pilotes ont décidé d’atterrir à l’aéroport le plus proche, Chennai au sud de L’Inde, afin de livrer le couple et leur enfant aux autorités. L’avion a pu reprendre ensuite pacifiquement sa route jusqu’à l’île de rêve indonésienne.
Plutôt magnanime, Qatar Airways n’a finalement pas souhaité poursuivre la tempétueuse passagère (les mauvaises langues diront que c’est parce que l’Iran reste le dernier ami des Qataris dans le Golfe). Quant à nos époux, on imagine sans peine le savon qu’a dû à nouveau se faire passer le mari volage une fois sur le tarmac indien. C’est ce qu’on appelle un dur retour sur terre.

Ce couple sera très probablement « black listé » par la compagnie aérienne Crystal Cruise ! Les très privilégiés passagers de cette prochaine croisière aérienne de 28 jours n’auront que peu de patience pour les tempétueux passagers…

 

Le chiffre de la semaine

7,8

17 novembre 2017
airs

Si le déclin de la vieille Europe n’est pas nouveau, celui de l’Empire Américain semblait déjà entamé. Le chiffre de la semaine emprunte la voie des airs pour vous dire pourquoi il est pour demain. 

7,8 milliards, c’est selon l’Association du Transport Aérien International (IATA) le nombre de passagers aériens prévus pour l’année 2036, soit presque le double des 4 milliards établis en 2017 ! Cette évolution serait principalement due à la croissance et à l’enrichissement des populations des pays d’Asie. L’Asie redevient le centre du monde, après des siècles d’éclipse. L’autre grande nouvelle, c’est que les hyper-puissants Etats-Unis vont perdre leur rang de plus grand marché aérien du monde dès 2022. Et ce n’est pas tout : dès 2030, l’Inde et l’Indonésie (eh oui !) consolideront leur position dans le top 5.
Quant à la France, on en parle même pas : elle sera éjectée du top 10, au profit de la Thaïlande et de la Turquie. France is not in the air… anymore !


Avec une telle congestion à prévoir dans les airs, nul doute que le concept « d’embouteillage du ciel » va décoller dans les années qui viennent. Voilà qui ne va pas arranger les retards que subissent déjà les passagers des transports aériens !

 

La crème de la crème

La crème de… Phnom Penh

17 novembre 2017
Phnom Penh

Oubliez Bangkok ou Hong-Kong : la capitale cambodgienne est en train de devenir l’une des villes les plus courues d’Asie.
A la fois chic et branchée, Phnom Penh recèle secrets et merveilles. L’Œil de Marco vous en révèle les plus incroyables…

 

Un hôtel

C’est l’une des grandes franchises de l’hôtellerie internationale, mais le Sofitel Phnom Penh Phokeetra, par on ne sait quel charme – très probablement l’accueil admirable que vous réserve son personnel -, cultive une atmosphère unique, apaisante, presque intemporelle.
Le tout Phnom Penh se retrouve dans le lobby de l’hôtel de marbre blanc pour un premier drink avant de rejoindre un des 5 restaurants du lieu (occidental, chinois, italien…).
Au cœur du quartier historique de Chamkarmon, sa situation est idéale. Et pour un dernier verre, son bar au style colonial est d’un cosy et d’un nostalgique savoureusement dépaysants.

Sofitel Phnom Penh Phokeetra, 26 Old August Site, Sothearos Boulevard, Sangkat Tonle Bassac, Chamkarmon. Site : www.accorhotels.com

 

Un bar

Un peu l’équivalent de Lan Kwai Fong à Hong Kong – en plus décontracté -, le Off Street 308 est une suite de petits bars où se mêlent la jeunesse, certes timide, de la ville et les éternelles cliques d’expatriés.
Situé sur Bassac Lane, c’est l’endroit idéal où trouver un bar à l’ambiance détendue pour un drink en toute quiétude ou l’envie de nouvelles rencontres du bout du monde.
Parmi nos favoris, The Library, charmant bar branché, Hangar 44, plébiscité pour ses cocktails, ou encore Harry’s et Cicada. Fermetures autour de minuit.

Bassac Lane, off Street 308.

 

Un restaurant

Du lundi au vendredi, le Long After Dark propose des « Daily Specials » à 5 US $ que ce soit des gnocchis, des burgers ou encore du fish and chips.
Mais pas que ! En plein quartier du très couru Russian Market, l’établissement, célèbre pour ses 65 marques de whiskies, des vinyles à gogo, ses soirées concerts live, est aussi une cantine succulente et très accessible. Le mercredi, des événements « whisky et échecs » sont organisés sur des airs de jazz.
Les amateurs de petit roque, de bon rythme et de belle tourbe y trouveront assurément leur bonheur.

Long After Dark, 86, Street 450 Russian Market. Site : longafterdarkcambodia.com

 

Une activité

Non, vous ne rêvez pas : on peut vivre la capitale du Cambodge comme un week-end à Rome ! Par petits groupes, le Vespa Adventures vous propose de découvrir la ville à dos des mythiques deux roues italiennes.
Sécurisé et plein de surprises, il permet aux visiteurs de découvrir la ville sous ses aspects les plus authentiques : bars « historiques », délicieux restaurants de rue, et autres lieux sympathiquement « clandestins ». Un parcours assez unique en son genre.

Vespa Adventures, 16, Street 15 + 19, Phsar Kandal. Site: www.vespaadventures.com

 

Le Cambodge regorge de secrets et merveilles ! Découvrez ici un célèbre et sublime site archéologique, à voir absolument !

 

Le Very Bad Trip

Aux artères comme au ciel :
4 expériences stupéfiantes à ne surtout pas tenter durant un voyage

17 novembre 2017
Transe

Pour s’envoyer en l’air, il y a plus trippant qu’un rail de coco coupée sur l’émail d’un lavabo de night-club de Bangkok. Voici quatre drogues vraiment exotiques de la planète. A ne surtout pas expérimenter, bande d’inconscients, sous peine de finir… « morts pour la transe » !

 

  1. L’Ayahuasca, Pérou

Envie d’un petit trip en mode Amazonie ? D’un « fix » de chamanisme planté dans vos viscères ? Pourquoi ne pas tenter l’Ayahuasca (traduisez par « liane des âmes »), une « tisane » comme la concoctent certains « docteurs » ou « prêtres » des abords de « l’enfer vert ».
Ce mélange entre la liane Banisteriopsis et un additif psychotrope facilite depuis près de 4 000 ans, le passage à la transe. Il y a cinq ans de cela, quelques touristes occidentaux y ont laissé leur peau. Une question de dosage paraît-il. Quand on vous dit inconscient…

 

  1. Le Peganum Harmala, Syrie (ou ce qu’il en reste)

On le sait, la Syrie est la nouvelle Mecque des poisons toxiques. Mais en fait, c’est une tradition ancestrale. Ainsi le Peganum Harmala, souvent plus poétiquement appelé « rue de Syrie » même s’il pousse également en Asie Centrale. Cette petite plante, d’un mètre de hauteur environ, aux feuilles blanches et verdâtres, est particulièrement toxique. A petite dose, elle est utilisée dans la pharmacopée de plusieurs régions du monde, et particulièrement au Maghreb.
Plus « exotique » et chimérique fut son utilisation depuis des lustres pour des séances d’« élévation religieuse » par fumigation mais aussi pour la préparation de filtre de désenvoûtement ou d’amour. Mais pour ce qui est de la guerre, les barbus de Daech et d’Al-Qaida lui préfèrent les bienfaits artificiels du captagon. Chimie, quand tu nous tiens !

 

  1. Le Peyotl, Mexique

C’est là une drogue pour littérateurs ! Le trip « qu’on-a-lu-dans-les-livres » à reproduire soi-même pour impressionner la galerie à son retour… Si jamais on en revient !
Antonin Artaud, poète disloqué, s’en était gorgé au contact de la tribu des Taharumaras du Mexique, proclamant ensuite avoir tué un homme – en fait un malheureux chien.
Pareil pour Hunter S. Thompson qui s’était battu dans le Colorado avec un mauvais garçon après l’absorption de ladite plante hallucinogène. Ce petit cactus contient en effet 30% de mescaline, qui, extraite depuis 3 000 ans, servit très longtemps lors de planants rites religieux (le huichol).

 

  1. L’Iboga, Gabon

A première vue, ce petit arbuste des forêts équatoriales africaines paraît des plus inoffensifs. Sa racine contient néanmoins une belle dose d’alcaloïdes, molécules à forte toxicité. Sur un continent féru de mysticisme et de magie, celle-ci est particulièrement appréciée lors de rites pseudo-religieux par exemple au Gabon ou au Congo.
C’est un euphorisant et un hallucinogène qui peut entraîner anxiété, paranoïa et vomissements. Mais attention, à forte dose, également paralysie et coma. Mort pour la transe, quoi.

 

La bonne ville de Johannesburg en Afrique du Sud pousse le « voyage » un peu moins loin en lançant une mode d’un autre genre : des rave parties «Canada Dry» sans drogue, ni alcool, ni bruit. Voilà de quoi vous faire explorer la transe en toute sérénité !

 

Destination Souvenir

Audrey Dana à Ibiza

17 novembre 2017
comédienne

Réalisatrice, scénariste, comédienne, l’ubiquiste Audrey Dana, qui vient de jouer Indociles sur les planches à Paris, est en plein travail. Elle écrit actuellement une série pour France 2 et un nouveau long-métrage, Vous les hommes, pendant masculin de son Sous les jupes des filles. Mais trouve le temps de parler d’Ibiza à L’Œil de Marco.

« La première fois que je suis allée à Ibiza, j’étais enceinte. Je me suis retrouvée sur un bateau entourée de drogué(e)s qui insistaient pour me toucher le ventre… C’était comique ! J’étais vite rentrée en me jurant de ne plus jamais y remettre les pieds.

Quelques années plus tard, j’ai mon gamin, je suis séparée, des amis qui projettent des vacances dans le Nord de l’île me disent de les y rejoindre. Je refuse au début puis me laisse entraîner : je suis sûre d’avoir du soleil, d’être entourée des gens que j’aime… Et en fait, en arrivant dans le nord de l’île, j’ai un véritable choc. Un choc visuel. Je me retrouve en haut d’une montagne avec une vue quasi à 360° sur la mer. J’étais arrivée en avance avec ma co-auteure pour écrire et comme les communications passaient mal au téléphone, je me suis demandée à un moment si je n’étais pas tout simplement morte, si je n’avais pas accédé à une forme de paradis : tout est tellement beau, tellement calme, tellement serein là-bas ! J’étais tellement bien. Mais non, les enfants sont arrivés ensuite : j’étais bien vivante. Du coup, je suis tombée si amoureuse de cette partie préservée de l’île entre San Joan de Labritja et Sant Carles de la Ràpita, que j’ai fini par y trouver une maison. C’est un endroit magique, fou, fou, fou ! »

Ibiza ou Cancùn, l’Œil de Marco vous donne son verdict pour des vacances palpitantes !
 

LAST BUT NOT LEAST

Créez votre voyage personnalisé avec MARCO VASCO

Marco Vasco

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés exauce vos rêves d’exploration et vous invite à découvrir de nouveaux horizons.
Créé dans la lignée des grands explorateurs Marco Polo et Vasco de Gama, MARCO VASCO imagine LE voyage qui vous ressemble.
Aux antipodes des vacances copiées-collées, nous répondons à toutes vos envies d’explorations pour vous confectionner un séjour 100% personnalisé. Depuis sa création en 2007, MARCO VASCO a déjà emmené près de 100 000 voyageurs aux 4 coins du Monde.

Nos 130 créateurs de voyage vous attendent pour réaliser vos rêves d’évasion. Amoureux ou natifs des plus belles destinations, ces explorateurs ont escaladé pour vous les plus beaux volcans, plongé à 20 000 lieues sous les mers, affronté les jungles urbaines et tropicales, ou même goûté les spécialités locales les plus exotiques. Ils partageront avec vous leurs secrets, et feront l’impossible pour vous faire vivre comme un local, profiter d’adresses confidentielles et d’activités époustouflantes !

Vous n’avez qu’à préparer vos valises et vous détendre. Tout le reste, MARCO VASCO s’en occupe. Grâce à son service de conciergerie, vous aurez la réponse à tous vos besoins avant, pendant et au retour de votre voyage. De quoi explorer le monde comme un privilégié, et en toute sérénité.

Explorez le monde avec MARCO VASCO >>