C’est arrivé loin de chez vous

Brésil : jamais sans ma chienne

29 juin 2018
chienne

Les divorces sont souvent sources de déchirements pour les familles. Mais au-delà des enfants, d’autres petits êtres sensibles peuvent aussi en être victimes. La preuve avec ce Brésilien qui a obtenu un droit de visite… pour sa chienne. Une décision qui a du chien !

On imagine difficilement la tête du juge qui a dû prendre une décision dans cette étrange quoique bien réelle histoire. Un couple de Sao Paulo qui filait une parfaite idylle depuis 2008, s’est séparé en 2011. Du classique : on sait que les histoires d’amour durent 3 ans et qu’elles finissent mal, en général. Mais selon l’ex-mari remercié, sa compagne vengeresse aurait tout fait pour « l’empêcher de rentrer en contact avec sa chienne », un adorable petit Yorkshire terrier.

La discorde a été portée devant le Tribunal Supérieur de Justice et son honorable juge Luis Felipe Salomão, qui a tranché dans le vif. L’homme aura désormais le droit de voir sa fidèle compagne canine les week-ends, les jours fériés ainsi que durant les fêtes de fin d’année. Interrogé par l’AFP, notre juge, véritable Salomon des temps modernes, a déclaré de pas vouloir avoir voulu « humaniser l’animal » mais qu’il s’était simplement abstenu « d’ignorer les liens affectifs » entre celui-ci et son maître. Une décision qui a du chien, pour une affaire qui finit bien !

 

L’Œil de Marco vous dévoile une autre histoire à base de canidés dans le pays des Nippons  ! 

 

Le chiffre de la semaine

500

29 juin 2018
500

Le tourisme éthylique, ça commence à bien faire ! La preuve par la volée de prunes qui va s’abattre sur les visiteurs indélicats d’un sublime archipel méditerranéen, qui aimerait mieux être connu pour sa beauté que pour ses excès.

500 € ! C’est le montant de l’amende que recevront désormais les touristes pris en flagrant délit d’alcoolisation dans les rues de Magaluf, sur l’île de Majorque, dans l’archipel des Baléares.

La municipalité de Calvia, dont dépend cette station balnéaire très prisée par une certaine jeunesse des îles britanniques, a dû prendre de nouveaux arrêtés suite à une déferlante de plaintes pour comportements excessifs et autres échauffourées causées par l’abus d’alcool.
A noter que les chantres du strip-tease éthylique en seront aussi pour leur frais, en se voyant « allégés » de 400 €. Quant aux nauséeux qui s’oublient sur la chaussée, ils en prendront pour 200 €. Bonnes vacances !

La crème de la crème

La crème de… Kyoto

29 juin 2018
Kyoto

Adulée des voyageurs, plus traditionnelle que sa « grande sœur » Tokyo, la placide Kyoto se révèle truffée de surprises et de centres d’intérêt. Embarquement immédiat pour l’autre capitale du Japon.

 

Un restaurant
Que nos amis « vegan » aient l’indulgence de ne pas nous faire demander une protection policière. La spécialité du Hatakaku, niché à quelques pas du Palais impérial, c’est la bidoche au goût fort, et un mets appelé Botan Nabe. Plus précisément, du sanglier finement tranché mijoté avec des champignons, du chou chinois, des carottes, etc.
C’est d’ailleurs à cet endroit même que ce plat désormais réputé dans tout le pays aurait été inventé ! Asseyez-vous autour du foyer traditionnel et laissez chauffer. Une expérience culinaire vraiment unique dans une atmosphère vraiment typique. So Kyoto !
Hatakaku, Uchikamaecho, Kamigyo Ward.

 

Un hôtel
Se loger au Japon peut revenir très cher ou s’avérer compliqué si l’on passe par AirBnb. Mais parmi les hôtels proposés à Kyoto, le Kyomachiya Hotel Shiki Juraku parvient non seulement à rester accessible mais aussi à offrir à ses hôtes une expérience japonaise totale.
Ce sont dix machiya – des maisons de bois typiques des villes japonaises – qui sont proposées, traditionnelles à l’extérieur et d’un subtil design contemporain à l’intérieur. Chaque détail est réfléchi et le résultat des plus enthousiasmants. Et le petit-déjeuner « bio » et naturel est une pure merveille !
Kyomachiya Hotel Shiki Juraku, 165 Konoecho, Kamigyo Ward. Site : shikijuraku.com

 

Un bar
De grâce, arrêter d’être ploucs et ne les appelez pas « bars » ou « bistrots ». Car on appelle « izakayas » ces établissements traditionnels où vous sont servis des alcools agrémentés de petits en-cas. Avec le Karakura, c’est l’occasion de vivre une soirée totalement dépaysante et indubitablement japonaise, avec une grande modération, ça va de soi. Assis par terre sur des tatamis, vous pourrez profiter de saké, de bières nippones, de whisky du pays –qui comptent parmi les meilleurs du monde – dans un décor immuable et authentique. L’endroit idéal pour se désaltérer en symbiose avec la ville.
Karakura, 244 Ameyacho, Simogyo-ku.

 

Une boutique
Mesdames, messieurs, envie de ramener dans vos valises le meilleur de la monde « made in Japan » ? L’Urban Research Kyoto regroupe la mode tendance venue des quatre coins du pays (mais aussi de l’étranger) pour les citadin(e)s en quête de vêtements uniques. Au rez-de-chaussée, les hommes trouveront de quoi s’habiller de pied en cap. Au premier, les femmes trouveront à peu près tout, des souliers aux sacs à main. Le plus ? Au sous-sol, Urban Research a lancé sa propre griffe d’objets pensés avec les meilleures manufactures du pays !
Urban Research, 285, Empukujimaecho, Nakagyo-ku Kyoto-shi. Site : www.urban-research.co.jp

 

©TheJapanTimes

Mettez le Cap sur Kyoto avec MARCO VASCO !

Le Very Bad Trip

Des pains sur la planche : les 4 spots de surf les plus risqués de la planète

29 juin 2018
spots

Pour les surfeurs de France et de Navarre, l’été est la saison redoutée de la mer d’huile et de l’invasion des biscottes. Une bonne raison pour s’en aller tâter de la vague ailleurs. Mais voilà qui n’est pas sans risques : voici les quatre « spots » les plus dangereux de la planète. Un surfeur averti en vaut deux !

 

1. Teahupoo, Polynésie française

Ses tubes peuvent avoir, paraît-il, la taille… d’un hangar ! Uniquement pratiqué pendant des décennies par des surfeurs locaux, Teahupoo est maintenant devenu une « attraction » mondiale. Mais que les amateurs se calment d’office et reposent leur gun sur la grève. La tubulaire a causé pas moins de 5 morts depuis 2000. Ici, les vagues, creuses, puissantes, cachent bien leur jeu : le surfeur peut être surpris par une terrible force qui l’entraîne vers le fond. Et s’il chute et finit par atterrir sur la barrière de corail… Aïe aïe aïe !

 

2. Mavericks, Californie, Etats-Unis

La Californie, ce n’est pas que Malibu Beach. La preuve avec ce Mavericks de sinistre réputation : des Top Guns du surf comme Mark Foo ou Sion Milosky y ont perdu la vie. Vous trouverez ce spot au nord de Half Moon Bay, non loin de San Francisco. Là, les surfeurs ont à affronter dans des eaux glacées, au milieu des requins, une vague allant de 7… à 20 mètres de haut ! Insidieuse, dantesque, surpuissante, la vague de Mavericks fait toujours froid dans le dos.

 

3. Pipeline, Hawaï, Etats-Unis

La volcanique de l’étape ! C’est sur le mythique North Shore de l’île d’Oahu, qu’est situé ce spot qui est peut-être le plus célèbre de la planète : ses vagues cylindriques parfaites et puissantes qui font le bonheur des surfeurs de haut niveau. Mais c’est aussi un endroit à haut-risque : même des champions y cassèrent leur pipe. Pipeline est une « gauche » – c’est-à-dire que, vue de la plage, elle déroule son écume vers la gauche. Sa particularité est de venir se briser sur un récif corallien à fleur d’eau. Très dangereux pour les surfeurs qui, les jours fastes, peuvent se retrouver à plus de cent dans l’eau. Wipe out ou collision, ça peut donc faire très mal….

 

4. Dungeons, Afrique du Sud

Sachant déjà que les eaux autour de Cape Town pullulent de requins particulièrement agressifs, il faut les avoir « bien accrochées » pour aller s’aventurer dans celles d’Hout Bay. Pour rejoindre ce spot, il vous faudra prendre un bateau : Dungeons – qui doit son nom à un surfer local resté « prisonnier » entre deux vagues – est situé dans des eaux très froides avec des vagues allant de 4 à 14 mètres, générées par les 40es rugissants. Ça passe ou ça casse !

Le surf – c’est aussi la passion de Laury Thilleman, L’Œil de Marco vous emmène sur sa planche en Colombie.

Destination Souvenir

Chevauchée sauvage au Rajasthan avec Finnegan Oldfield

29 juin 2018
Finnegan Oldfield

Alors qu’il entame le tournage de la comédie Smiley, et en attendant la sortie à la rentrée de son prochain film Le Poulain, un portrait au vitriol du monde de la politique, le jeune Finnegan Oldfield revient sur son souvenir de voyage le plus cher. Direction : l’Inde du Nord.

 

« Moi, le souvenir le plus dingue, franchement, cela reste le tournage des Cowboys, il y a quatre ans. L’histoire était censée se passer en Afghanistan, mais nous filmions en Inde, au Rajasthan. Je ne faisais pas de cheval, j’ai appris pour l’occasion, et voilà que je me retrouve sur un canasson dans un décor merveilleux.

J’étais avec l’acteur américain John C. Reilly. C’était incroyable, presque insensé. Le plus amusant, c’est qu’on trouve toujours un moment pour se plaindre et se dire : « Elle est quand la pause déjeuner ? » C’est aberrant. Parce que les montagnes, les couleurs, les gens, tout cela est d’une grande beauté, magnifique là-bas. »

Le Poulain de Mathieu Sapin avec Finnegan Oldfield, Alexandra Lamy, Gilles Cohen… Sortie le 19 septembre.

©Allociné

 

LAST BUT NOT LEAST

Créez votre voyage personnalisé avec MARCO VASCO

Marco Vasco

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés exauce vos rêves d’exploration et vous invite à découvrir de nouveaux horizons.
Créé dans la lignée des grands explorateurs Marco Polo et Vasco de Gama, MARCO VASCO imagine LE voyage qui vous ressemble.
Aux antipodes des vacances copiées-collées, nous répondons à toutes vos envies d’explorations pour vous confectionner un séjour 100% personnalisé. Depuis sa création en 2007, MARCO VASCO a déjà emmené près de 100 000 voyageurs aux 4 coins du Monde.

Nos 130 créateurs de voyage vous attendent pour réaliser vos rêves d’évasion. Amoureux ou natifs des plus belles destinations, ces explorateurs ont escaladé pour vous les plus beaux volcans, plongé à 20 000 lieues sous les mers, affronté les jungles urbaines et tropicales, ou même goûté les spécialités locales les plus exotiques. Ils partageront avec vous leurs secrets, et feront l’impossible pour vous faire vivre comme un local, profiter d’adresses confidentielles et d’activités époustouflantes !

Vous n’avez qu’à préparer vos valises et vous détendre. Tout le reste, MARCO VASCO s’en occupe. Grâce à son service de conciergerie, vous aurez la réponse à tous vos besoins avant, pendant et au retour de votre voyage. De quoi explorer le monde comme un privilégié, et en toute sérénité.

Explorez le monde avec MARCO VASCO >>