C’est arrivé loin de chez vous

Taïwan : les bons comptes font les bons enfants

12 janvier 2018
Taïwanais

Au pays de Confucius, un Taïwanais vient d’être condamné par la Cour suprême nationale à rembourser à sa mère tout l’argent dépensé pour son éducation. Soit une petite folie de 520 000 € … Vous avez dit « Mad(e) in Taïwan »
 

Il est de ces marâtres que l’on croirait sorties d’une version moderne d’une pièce de Shakespeare. C’est le cas de Madame Lo, propriétaire d’une clinique dentaire à Taïwan, mère de deux enfants qu’elle a élevés seule après son divorce en 1996.
La mère indigne et prévoyante en profita alors faisait signer à ses fils, un contrat stipulant qu’ils lui rembourseraient les frais de leur éducation une fois leur carrière faite. Soit l’équivalent de 22,33 millions $ taïwanais. Une bagatelle de 520 000 €. Si l’aîné (devenu dentiste) a accepté de lui verser 5 millions, le cadet (dentiste lui aussi) a rejeté le contrat dûment signé; expliquant qu’une mère ne pouvait réclamer une telle somme à sa progéniture.
Saisie par la mère en colère, la Cour suprême de Taïwan a dû trancher dans le vif de la gencive, et sans anesthésie ! Dans sa grande sagesse confucéenne, l’intraitable institution judiciaire a sommé le fils indigne de régler l’intégralité de ses dettes après un procès retentissant.

Pas sûr, désormais, que tout se déroule pour le mieux lors de ces réunions de famille « mad(e) in Taïwan » !

 

« Dans ton foyer, honore la sagesse de ta mère » professait Confucius dans le Classique des Milles Caractères… Pas certain que la progéniture soit d’avis avec la pensée confucianiste !

 

Le chiffre de la semaine

330

12 janvier 2018
apocalyptique

Un chiffre apocalyptique, qui en dit long sur le niveau de bouleversement de notre planète bleue, véritablement catastrophique. Comme le disait Philippulus le Prophète « La fin du monde est proche. Tout le monde va périr ! » 
 

330 milliards de dollars ! C’est selon le réassureur Munich Re, le coût total des catastrophes naturelles survenues dans le monde en 2017. Ce chiffre – astronomique – est le double de celui enregistré sur l’année 2016. 135 milliards auront ainsi été couverts par les assurances. Rien que sur l’an dernier 710 événements « extrêmes » (ouragan Irma et tempête Harvey aux Etats-Unis, moussons diluviennes en Asie…) ont été enregistrés sur la planète, entraînant la mort de 10 000 personnes.
Un chiffre « légèrement » supérieur à celui d’il y a deux ans. Selon les spécialistes du changement climatique, ces chiffres devraient s’aggraver dans la décennie à venir. La fin du monde est proche !
 

N’en déplaise aux « climatosceptiques », L’Œil de Marco vous dévoile les quatre villes parmi les plus importantes de la planète bleue en route vers… la submersion.

 

La crème de la crème

La crème de… Vancouver

12 janvier 2018
Vancouver

Il y a ceux qui la chantent comme Véronique Sanson, et il y a ceux qui l’explorent. L’Œil de Marco fait partie de ces derniers. Au cœur de la Colombie britannique, la grande ville du Canada Pacifique déborde de bonnes adresses. L’Œil de Marco vous en dévoile les plus secrètes.

 

Un Bar

C’est dans un immeuble pittoresque du quartier de Gastown qu’est installé The Diamond, un des bars à cocktails les plus plébiscités de Vancouver. Situé au deuxième étage, il offre une vue de choix sur le cossu Maple Tree Square.
Détail amusant, l’endroit fut jadis une maison close. Mais de là à en faire un lieu de débauche, non ! C’est un excellent bar fréquenté par une faune noctambule et joyeuse, qui brille par le talent de ses barmen et d’une mixologie inventive.

The Diamond, 6 Powell Street. Gastown. Site : www.di6mond.com

 

Un restaurant

Là, vous allez vous salir les doigts. Bien sûr Vancouver regorge de restaurants prestigieux qui proposent toutes les cuisines du monde préparées par les meilleurs chefs qui soient. Mais plutôt que de sacrifier à la mode gastronomique green/vegan/healthy/detox, pourquoi ne pas tester cette bonne vieille poutine, mélange de frites, de cheddar en grain et de sauce brune, la fameuse spécialité québécoise ?
La Belle Patate affiche ainsi à son menu une trentaine de poutines différentes et le croquant de ses frites a fait son exquise réputation à travers toute la ville. Et pour 19,50$CAN (13€), c’est poutine à volonté !

La Belle Patate, 1215 Davie Street. Site : wwww.westcoastpoutine.com

 

Un hôtel

Les amis des animaux auront très certainement un coup de cœur pour le Loden Hotel. Tout y est spécialement conçu pour accueillir chiens et chats dans le même confort que leurs maîtres (lit en peluche dans chaque chambre, biscuits pour chiens faits maison…).
Ce charmant boutique hôtel jouit d’une vue imprenable sur la ville et possède toutes les qualités de ce genre d’établissement : salle de sport high-tech, bar branché, restaurant gastronomique. Le Loden propose également à ses clients des vélos gratuits pour visiter plus librement Vancouver.

The Loden Hotel, 1177 Melville Street. Site : www.theloden.com

 

Une boutique

Reines et rois du shopping, pour vous, une adresse parmi les plus courues de la ville ! Ouvert en 2009, Walrus se veut au croisement de toutes les influences, des nouvelles tendances aux marques les plus emblématiques. Une véritable mine pour trouver le cadeau élégant, pratique ou singulier à ramener dans ses valises.
Le prisme est large : des chaussures aux vêtements en passant par les produits de beauté, les objets de la cuisine, des sacs ou des coussins. A la fois branché et abordable.

Walrus, 3408 Cambie Street. Site : www.shop.walrushome.com
 

La crème est aussi au coin de la gare : L’Œil de Marco vous parle du Rocky Mountaineer, train légendaire pour explorez le Canada !

 

Le Very Bad Trip

La (dé)route des vins : les pires piquettes locales à ne jamais déboucher en voyage

12 janvier 2018
piquettes

Quand on voyage, on rencontre des vins venus d’ailleurs, qui portent des noms aussi étranges que pompeux. Si certains sont des pépites bachiques, d’autres sont élevés avec une ambition qu’ils sont très loin d’atteindre ! Voici quatre étiquettes de piquettes qui vous donneront mal à la tête.

 

  1. Californie: Charles Shaw White Zinfandel, 2015

Le Zinfandel, ce cépage noir, représente plus de 10% du vignoble californien. C’est dire que ce vin est disponible au rayon des discounters américains. Le « Golden State » produit massivement et arrose la planète de ses « créations ». Un exemple ? Ce White Zinfandel rosé de Charles Shaw, « vigneron » peu connu pour sa délicatesse, qui se rapproche le plus du sirop.
Selon des critiques américains, ce vin aux accents de kiwi et de purée de fraise vous garantira en cas d’abus un monstrueux mal de crâne le lendemain matin. Trop de sucre tue la tête !
 

  1. Chine : Château Changyu Moser XV 2008

C’est désormais une information connue de tous – pas besoin d’offrir un canasson à Xi Jinping pour obtenir le tuyau : les vignerons chinois ont pour ambition de dépasser un jour les plus grands crus français. Mais au pays de Mao, la marche sera longue.
Pour exemple, ce Château Changyu Moser XV créé avec un vigneron autrichien réputé Lenz Moser, dans l’obscure région du Ningxia, une des moins peuplées de Chine. Pour Victoria Moore, journaliste « vin » pour le quotidien britannique The Telegraph, il aurait « une odeur de souris morte cuite au four ». Tout est dit.
 

  1. Italie : Lambrusco Chiarli Cleto e Figli

D’accord, le Lambrusco, ce vin de la région d’Emilia-Romagna, a de faux airs d’attrape-gogo : fruité, pétillant, hautement rafraîchissant. Le genre à vous entraîner dans une sieste traîtresse un après-midi de vacances perdu à roupiller. Acide, chimique, avec son bouquet de fruits tropicaux parfaitement « toc », le Chiarli Cleto e Figli a de quoi gâcher vos vacances.
Selon l’ex-journaliste de BBC World David Brenner, sur son blog consacré au vin, il ferait même penser, au nez, à un bureau qui vient d’être repeint ! A sniffer peut-être ?
 

  1. Hollande : ChocoVine

Pour finir, ce « vin de dessert » qui fait paraît-il fureur au pays de l’Oncle Sam – une forme de masochisme lorsque l’on sait les excellents produits disponibles dans la Napa Valley. La recette du ChocoVine ? Un Cabernet Sauvignon qualifié de « Français » mélangé à du chocolat liquide de Hollande par les bons soins de la distillerie royale De Kuyper à Schiedam. « Une expérience de goût proche de l’orgasme » selon le très sobre dépliant publicitaire. « Un milkshake au liquide batterie » d’après un site œnologique américain. A vous de trancher !

 

Ce n’est certainement pas de ces vins venus d’ailleurs que la collection d’art d’Anthony Buzbee, un avocat texan aisé, a été arrosée. Retour sur une soirée qui a tourné en eau de boudin !

 

Destination Souvenir

Hugh Jackman, Notre-Dame dans le choeur

12 janvier 2018
Hugh

La Hollywood star australienne Hugh Jackman vogue vers de nouveaux caps cinématographiques après ses années Wolverine. Dans la comédie musicale The Greatest Showman, il incarne le flamboyant P.J. Barnum, créateur du cirque à l’Américaine. Et pour son souvenir de voyage, grande première : il s’arrête à Paris, France !
 

« Tout ce dont je rêvais étant enfant, c’était de parcourir le monde. Et j’y suis parvenu grâce mon métier. C’est dire que j’ai de nombreux souvenirs… Mais, pour moi, le plus beau reste la première fois que je suis allé à Paris. Ce fut un émerveillement.
J’avais étudié l’histoire de France en Australie, la Révolution Française, le Bonapartisme… (NDLR : oui oui, vous avez bien lu) Être chez vous avait donc pour moi quelque chose d’assez émouvant. Et puis, Paris, c’est peut-être la plus belle ville au monde à traverser à pied. J’ai passé des jours à me balader, autour des monuments, sur les berges de la Seine. Je mangeais pour pas grand-chose et je poursuivais ma route. Sincèrement, lors de mon premier voyage en France, je ne me rappelle pas avoir dormi des masses. Rarement, je me suis senti aussi libre dans une ville. Et surtout, il y a Notre-Dame… Chez moi, il n’y a pas un bâtiment « historique » qui ait plus de 120 ans ! Vous n’imaginez pas à quel point votre cathédrale a pu m’impressionner… »

 

The Greatest Showman de Michael Gracey avec Hugh Jackman, Zac Efron, Zendaya… Sortie le 24 janvier.
 

Cap sur l’Australie, pays natal d’Hugh, qui se distingue par ses paysages d’exception, sa culture et sa biodiversité !
 

LAST BUT NOT LEAST

Créez votre voyage personnalisé avec MARCO VASCO

Marco Vasco

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés exauce vos rêves d’exploration et vous invite à découvrir de nouveaux horizons.
Créé dans la lignée des grands explorateurs Marco Polo et Vasco de Gama, MARCO VASCO imagine LE voyage qui vous ressemble.
Aux antipodes des vacances copiées-collées, nous répondons à toutes vos envies d’explorations pour vous confectionner un séjour 100% personnalisé. Depuis sa création en 2007, MARCO VASCO a déjà emmené près de 100 000 voyageurs aux 4 coins du Monde.

Nos 130 créateurs de voyage vous attendent pour réaliser vos rêves d’évasion. Amoureux ou natifs des plus belles destinations, ces explorateurs ont escaladé pour vous les plus beaux volcans, plongé à 20 000 lieues sous les mers, affronté les jungles urbaines et tropicales, ou même goûté les spécialités locales les plus exotiques. Ils partageront avec vous leurs secrets, et feront l’impossible pour vous faire vivre comme un local, profiter d’adresses confidentielles et d’activités époustouflantes !

Vous n’avez qu’à préparer vos valises et vous détendre. Tout le reste, MARCO VASCO s’en occupe. Grâce à son service de conciergerie, vous aurez la réponse à tous vos besoins avant, pendant et au retour de votre voyage. De quoi explorer le monde comme un privilégié, et en toute sérénité.

Explorez le monde avec MARCO VASCO >>