C’est arrivé loin de chez vous

Sri Lanka : un drôle de filon

28 septembre 2017
sri

Les douanes sri-lankaises ont arrêté une mule en partance pour l’Inde. Le roué passager (qui n’est pas un Hobbit) essayait de faire passer en fraude un kilogramme d’or fin placé dans son rectum. C’est ce qu’on appelle s’asseoir sur une fortune.

Selon la formule populaire, les plus chanceux auraient le « c** bordé de nouilles ». Mais il semblerait, au contraire, que ceux qui l’ont comblé d’or 18 carats ne soient pas toujours en veine.
Dimanche dernier, à l’aéroport de Colombo, un passeur s’est ainsi fait pincer par les agents des douanes intrigués par sa difficulté à marcher et ses grimaces de souffrance récurrentes.
Celui-ci avait, il faut dire, un kilo d’or planqué dans le… fondement !
L’homme de 45 ans s’apprêtait à prendre un avion pour l’Inde. « Nous l’avons appelé pour un examen plus approfondi » a expliqué sans rire au correspondant de l’AFP le chef des douanes Sunil Jayaratne. La « mule » s’est vu infliger une amende de 100 000 roupies (1 300€). Mais personne n’a encore osé expliqué comment les douanes s’y sont prises pour récupérer les quelques 60 000 € de butin planqués dans le popotin.

Heureusement pour les douanes sri-lankaises, il existe des voyageurs tout aussi aventuriers mais un peu moins tordus du fondement. Comme Franck, l’Envoyé Spécial de MARCO VASCO, qui nous narre conte aujourd’hui son périple au Sri Lanka, au volant d’un tuk-tuk !

 

Le chiffre de la semaine

Deux cent vingt mille

28 septembre 2017
Cocorico

Cocorico ! Un chiffre qui montre que la France ne figure pas toujours parmi les mauvais élèves des classements internationaux. Même si les voyageurs concernés, dont vous êtes peut-être, n’y verront qu’une bien maigre consolation.

 

220 000. C’est le nombre de voyageurs qui, cet été, ont eu à pâtir de retards dans les transports aériens sur le territoire français.
Selon la startup AirHelp – qui propose de se charger de l’indemnisation de passagers en cas de litige avec une compagnie -, entre juillet et août 2017, pas moins de 1 800 vols n’ont pas décollé à l’heure.
C’est beaucoup, mais pas tant que ça, paraît-il. Car ces chiffres ne font pas forcément des aéroports français des cancres : au même moment, à travers l’Europe, c’est environ 2,2 millions de passagers qui ont eu à prendre leur mal en patience !

Mais qui sont donc les moins ponctuels, les cancres, les bonnets d’âne du transport aérien ? Hé bien ce sont les … Chinois ! On embarque direction l’aéroport de Hangzhou Xiaoshan et de Shanghai en Chine où plus de la moitié des vols décollent en retard.

Le Very Bad Trip

Quatre destinations qui recherchent touristes…désespérément

28 septembre 2017
qui

Il est des pays que les voyageurs plébiscitent. Et il en est d’autres qui n’en voient jamais pointer le bout de leurs casquettes. Voici quatre destinations, qui, pour diverses raisons, n’ont pas la chance d’attirer grand monde. Chérie, je t’emmène à Chisinau ?

 

  1. La Moldavie

Plus proche de nous, dans les régions de la Bessarabie et de Podolie méridionale – cela fait très album de Tintin -, plus clairement entre la Roumanie et l’Ukraine, s’érige la Moldavie. Il y a pourtant de quoi faire si on est un minimum curieux : des réserves naturelles, des sites archéologiques (Hansca), des citadelles (Soroca, Hotin…), etc. On y parle même le français – pour les plus paresseux !
Pourtant, le pays n’accueille qu’une dizaine de milliers de visiteurs par an. « Chérie, je t’emmène à Chisinău ! » ne doit pas être assez glamour…

 

  1. La Guinée

Talonnant le Tuvalu, la Guinée monte aussi sur le podium des pays les moins courtisés par les touristes. Bien qu’ils soient tout de même une trentaine de milliers, chaque année, à faire le voyage.
Le plus étonnant, c’est que ce pays, ancienne colonie française – et dont le Français est resté la langue officielle – possède des beautés naturelles d’une grande diversité ainsi qu’une culture vivante et riche. Au lieu d’aller plonger l’été prochain au Sénégal, pourquoi ne pas préférer la plage du Gouverneur ?

Voyageurs trendsetters, si la Guinée est un peu trop vierge à vos yeux, d’autres pays d’Afrique vous ouvrent ses ailes, à la faveur du renouveau de leur secteur aérien. Avec l’arrivée de nouvelles compagnies sur nos tarmacs, vous allez pouvoir à l’avenir découvrir des terres africaines, encore largement inexplorées.

 

  1. Bangladesh

Coincé entre l’Inde et la Birmanie, le Bangladesh a à souffrir d’une pauvreté endémique, d’une météo très capricieuse, de catastrophes naturelles récurrentes et d’une instabilité politique qui n’émeut même plus la communauté internationale.
Faute d’infrastructures, les touristes y dépassent certes les 120 000 annuellement, mais pour 160 millions d’habitants, le ratio est particulièrement faible. Si vous voulez voyager sans croiser de tête occidentale, c’est l’endroit (presque) idéal.

Encore vous faudra t-il pouvoir vous y rendre… Car entre le Bangladesh et ses pays voisins, la libre circulation, c’est pas le genre de la maison!

 

  1. L’Etat des Tuvalu

En 2014, la Banque Mondiale révélait que l’Etat des Tuvalu était le pays le moins visité de la planète avec 1 400 touristes.
Cet archipel, il faut déjà la trouver, en plein centre de l’Océan Pacifique, au Centre de l’Equateur.
Paradisiaque mais littéralement paumée, Tuvalu s’est fait un joli paquet de dollars en mettant en vente son domaine national (« .tv ») aux entreprises du monde entier. Alors, a-t-il vraiment besoin de voir débarquer des consommateurs en short ?

 

La crème de la crème

Cap sur… Le Cap !

28 septembre 2017
Cap

Désormais, le « Meilleur de »  L’Oeil de Marco se mue en City Guide à la fois iconoclaste et élégant, et partage avec vous des adresses aussi uniques que secrètes. Première destination à ouvrir le ban, Le Cap, en Afrique du Sud. Si jamais d’aventure, votre cœur vous porte jusqu’au Cap de Bonne-Espérance…

 

Un hôtel : le Cellars-Hohenort Hotel

Le Cellars-Hohenort Hotel offre une vue idéale sur la Table Moutain, installé au cœur d’une propriété viticole datant du 18e siècle.
A la fois plongée dans l’histoire et la culture du pays – chacune des 52 chambres est décorée d’antiquités sud-africaines – et modèle du savoir-faire hôtelier local, l’établissement propose un restaurant gastronomique, deux piscines, un terrain de tennis, un spa et pour les golfeurs un putting-green. Smart !

93, Brommersvlei Road, Constantia
www.cellars-hohenort.co.za

 

Un bar : l’Asoka

Les férus d’esprit lounge se régaleront dans cet endroit aux allures de fourre-tout d’Extrême-Orient. Lampions, cage à oiseaux, tentures de soie. Ce n’est pas un salon de thé, mais l’Asoka, haut-lieu de la nuit dans la très vivante Kloof Street. L’établissement propose une cuisine fusion acclamée, des cocktails signatures comme des classiques, et des soirées endiablées au son de DJ’s venus du monde entier.
Clientèle chic, trentenaire et plus.

68, Kloof Street, Tamboerskloof
www.asoka.za.com

 

Un restaurant : le Golden

Faites fi de la pseudo-gastronomie mondialisée, de la pizza Reine et du Burger-King ! Au Golden Restaurant, c’est la cuisine africaine qui est à l’honneur dans un cadre superbe : fauteuils en cuir, boiseries, sol joliment carrelé…
Dans les assiettes s’invitent tous les parfums et goûts du continent dans des recettes traditionnelles revisitées avec brio : la Soupe Zazibar, le Botswana Seswaa Masala, le poulet mangue-citron de l’Est africain… Un délice

15 Bennett Street, Green Point
www.goldrestaurant.co.za

 

Une activité : le grand requin blanc, entre quat’zieux

Les esprits aventuriers et les voyageurs en quête de belles suées ne peuvent faire l’impasse sur une expérience de « cage diving ». En résumé, vous plongez dans une cage au milieu des grands requins blancs qui pullulent dans les eaux de la région. Plusieurs sociétés très professionnelles proposent des packages. Frissons garantis !
Et pour ceux que leur sur-moi écolo tourmente, sachez qu’aucun mal ne sera fait aux animaux !

 

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés,  vous emmène dans ces lieux magiques. Ressourcez-vous dans l’une des plus belles baies au monde puis explorez le Parc National Kruger, l’une des plus grandes réserves animalières au monde.

 

Destination Souvenir

Le Mexique initiatique d’Anaïs

28 septembre 2017
Anaïs

La chanteuse est de retour avec l’album Divergente, bilingue et foisonnant, aux influences rock et soul. Entre shamanisme, souffrance et fascination, Anaïs revient longuement sur un bouleversant voyage au Mexique.

 

« Je dirais la première fois que je suis allée au Mexique, à Tulum et sur la Côte Maya, il y a 7 ans. Cela a été le début d’un vrai voyage intérieur.
Je suis arrivée à Tulum un soir de grand vent et de grande pluie, épuisée et malade (comme d’habitude…), dans une petite cabane très rustique en bord de plage encore sauvage.
La pluie et le vent rentraient partout et la mer turquoise des Caraïbes, que je découvrais et prenais en pleine face, était hypnotique malgré la nuit déjà tombée. Mon ami m’a rejoint le lendemain et on nous a prêté un van tout pourri prêt à toutes les escapades.
Souffrante, je m’écroulais à 21h, après une margarita, mais heureuse, tranquille sur une banquette comme un enfant qu’on va porter ensuite dans la voiture pour l’emmener se coucher.

Et puis, le 1er janvier, d’un coup, je n’ai plus pu marcher en me levant d’une chaise. Je pensais : « Ce n’est qu’une petite sciatique ! »
J’ai fait Cobá (magique !) et Chichén itzá en boitant chaque jour un peu plus mais en gardant le sourire.
On a découvert en se perdant dans les villages mayas (mon ami n’ayant pas plus le sens de l’orientation que moi) des gens réellement doux, patients, une cuisine fraîche et raffinée, et même une étrange coutume où on brûle un épouvantail « borraccio » devant chaque maison après le Nouvel an.

Au bout de 4 jours, je ne pouvais plus marcher du tout. Une femme de la cabaña me voyant autant boiter m’a quasiment forcée à appeler un ami à elle. Evidemment, cet homme était shaman et j’ai fini par enfin comprendre pendant sa première séance dans la nuit pluvieuse, sans électricité (ça saute beaucoup là-bas !), éclairée par quelques bougies, que j’étais en train de me tuer moi-même, toute seule, à petit feu, juste au ton horrifié et triste de sa voix a chaque fois qu’il prononçait mon nom, sans me toucher.
Il m’a donné des tisanes et m’a massé des heures et a insisté pour revenir, car il n’arrivait pas à comprendre complètement ce qui se passait.

J’ai continué à visiter le pays sans vouloir voir la gravité de la situation, parfois en me maintenant des heures, les jambes serrées en boule avec mes bras, sur la banquette arrière du van pour ne pas trop bouger lors des secousses ; notamment dans ce joli bout du monde qu’est la réserve ornithologique de Punta Allen, une route digne du Salaire de la peur !

Mais le mal empirant, j’ai du rentrer en fauteuil roulant en France. Les rhumatologues ont vu une maladie pas fun dans les hanches, cela ne guérissait pas. Je m’en sors tout doucement six ans après.

Mais ce voyage fou, sous fièvre, en pays maya m’a fait comprendre que c’est moi seule qui l’avait déclenchée, en me faisant du mal. La peur, le stress, l’angoisse depuis tellement d’années ont créé et laissent aujourd’hui des marques de la maladie. Mais voyager là-bas au même moment m’a permis d’y apprendre le lâcher prise, l’instant présent, l’écoute, la sincérité, la douceur… J’ai enfin compris le yin et le yang. Il y a quelque chose au Yucatan qui vous prend autant que l’odeur moite et enivrante, unique, des cactus dans la Pampa. »

Photo de Saloi Jeddi

Retrouvez Anaïs en concert au New Morning le 5 octobre et en tournée dans toute la France avec son nouvel album Divergente.

 

LAST BUT NOT LEAST

Créez votre voyage personnalisé avec MARCO VASCO

Marco Vasco

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés exauce vos rêves d’exploration et vous invite à découvrir de nouveaux horizons.
Créé dans la lignée des grands explorateurs Marco Polo et Vasco de Gama, MARCO VASCO imagine LE voyage qui vous ressemble.
Aux antipodes des vacances copiées-collées, nous répondons à toutes vos envies d’explorations pour vous confectionner un séjour 100% personnalisé. Depuis sa création en 2007, MARCO VASCO a déjà emmené près de 100 000 voyageurs aux 4 coins du Monde.

Nos 130 créateurs de voyage vous attendent pour réaliser vos rêves d’évasion. Amoureux ou natifs des plus belles destinations, ces explorateurs ont escaladé pour vous les plus beaux volcans, plongé à 20 000 lieues sous les mers, affronté les jungles urbaines et tropicales, ou même goûté les spécialités locales les plus exotiques. Ils partageront avec vous leurs secrets, et feront l’impossible pour vous faire vivre comme un local, profiter d’adresses confidentielles et d’activités époustouflantes !

Vous n’avez qu’à préparer vos valises et vous détendre. Tout le reste, MARCO VASCO s’en occupe. Grâce à son service de conciergerie, vous aurez la réponse à tous vos besoins avant, pendant et au retour de votre voyage. De quoi explorer le monde comme un privilégié, et en toute sérénité.

Explorez le monde avec MARCO VASCO >>