Le Very Bad Trip

En eaux troubles : 4 plages infestées de requins mangeurs d’hommes

10 novembre 2017
plages

A chaque attaque de squale, un débat saignant refait surface : le requin est-il une espèce dangereuse pour l’homme ? Une chose est certaine, c’est que le sujet est complexe… et qu’il met tout le monde sur les dents ! L’œil de Marco dresse une cartographie des eaux les plus férocement fréquentées de la planète.

 

  1. Praia de Boa Viagem, Brésil

En 2013, Paris Match revenait sur la terrible agonie d’une nageuse de 18 ans mordue dans les eaux de la Praia de Boa Viagem, une plage de Recife, au Brésil, à première vue paradisiaque. Alors qu’un sauveteur venait au secours de la jeune femme qui semblait se noyer, un requin lui a happé la jambe.
La région de Pernambuco et ses 20 kilomètres de côtes ont été le théâtre, ces vingt dernières années, de nombreuses attaques de sélachimorphes. Les raisons sont multiples : développement urbain, barrière de corail érodée, pluies hivernales qui troublent les eaux côtières, pollution… La vérité, c’est que la mauvaise réputation que l’on fait aux requins masque de manière très commode les déséquilibres écologiques dont l’homme est la cause.

 

  1. Comté de Volusia, Etats-Unis

Situé sur la côte est de la Floride, le comté de Volusia possède un record aussi triste qu’ahurissant : depuis 1882, 267 attaques de requins ont eu lieu dans ses eaux. Cela ne représente pas moins de 27% de toutes les attaques survenues aux Etats-Unis ! Paradoxalement, rares y furent les décès, ce qui tend à relativiser le qualificatif de « mangeur d’hommes », au final plus cinématographique que scientifique. Ainsi, pour les chercheurs, ces dites attaques correspondent plus à des « morsures de chien », causant toutefois des plaies à haut risque d’infection. Evitez donc la New Smyrna Beach, très appréciée des surfeurs, et de ces drôles de chiens marins !

 

  1. Saint Leu, La Réunion, France

En avril dernier, un body-boarder de 28 ans décédait des suites d’une morsure à la cuisse. La deuxième attaque en deux mois, la neuvième en onze ans à la Réunion. Très médiatisées en métropole, ces drames ont recouvert ses plages enchanteresses d’un bien encombrant linceul.
Habitants et scientifiques ont identifié quelques raisons à cette recrudescence : rejets d’eaux usées en mer qui troublent les eaux, raréfaction des poissons à cause de la surpêche, sédentarisation d’espèces plus agressives que d’autres, les tigres et les bouledogues, qui ont tendance à confondre les surfeurs avec des tortues… Ces choses étant dites, ne boudez pas la Réunion : de nombreuses plages sont parfaitement protégées, et ses sublimes lagons restent bien à l’abri des squales, qui leur préfèrent les brisants des atterrages côtiers.

 

  1. Port Saint-Johns, Afrique du Sud

Situé dans la province du Cap Oriental, sur la Côte sauvage sud-africaine, Port Saint-Johns est une ville de 6 500 âmes qui possède une plage, Second Beach, baptisée « La Plage de la Mort ». Tout est dit. En sept ans, pas moins de sept personnes y sont décédées, un chiffre qui fait de ces eaux de l’Océan indien les plus dangereuses du monde pour ce qui est des attaques de requins. Dernier drame en date : en 2014, un touriste autrichien de 72 ans a été mortellement blessé par ce qui semble être un requin-bouledogue.


Dents de la Mer toujours : autorités de Port Macquarie en Australie ont vu s’échouer cadavre d’une énorme baleine à bosse attirant les sélachimorphes… Quand les requins s’en payent une tranche (ou pas)!