Le Very Bad Trip

Mignon mais méchant : ces bestioles faussement gentilles à ne pas câliner de trop près

21 septembre 2018
bestioles

On leur donnerait le Bon Dieu sans confession. Mais quand Mère Nature reprend ses droits, mieux vaut plier bagage. Quatre animaux adorables à regarder pour le voyageur mais très loin d’être sympathiques.

 

1. Le Loris lent (Asie du Sud-Est)

Comme il est mignon avec ses gros yeux ronds ! On a envie de le voir s’attacher à votre bras comme à une branche ! Malheureusement, pour les amis des animaux au cœur tendre, le sien ne fait pas la dentelle : c’est l’un des très rares mammifères venimeux de la planète. Ses coudes – oui, vous avez bien lu – produisent une toxine qu’il porte, en cas de danger, à sa bouche. Mélangée à sa salive, il s’en enduit ensuite le poil. Résultat de l’opération pour les prédateurs ou les importuns : une réaction allergique violente qui peut entraîner la mort. Un conseil donc, restez à l’écart.

 

2. La Dendrobate (forêt amazonienne)

Ses couleurs vives et d’une incroyable beauté (orange flamboyant, bleu électrique, rouge fraise…) vous donneraient presque envie de la prendre entre vos mains et de la câliner. Un geste définitivement à ne pas faire ! Car ces grenouilles d’Amérique du Sud sécrètent – par l’ingestion d’insectes bien spécifiques – un poison 250 fois plus puissant que le curare. Et, increvables, vu qu’elles peuvent empoisonner jusqu’à une vingtaine d’êtres humains à la suite. Les Indiens d’Amazonie, qui ont depuis des lustres tout compris, recueillent le poison dont ils enduisent leurs flèches. Aïe ça pique !

 

3. Le carcajou (Amérique du Nord)

Avec ses airs de belette, il semble sorti d’une comptine pour enfants. Mais le Carcajou ou Glouton ou Gulo gulo ou encore Wolvérène – un clin d’oeil, au passage, aux amateurs des X-Men – est très connu dans la toundra et la taïga, aussi bien en Eurasie qu’en Amérique du Nord, pour son agressivité et sa dangerosité. C’est un omnivore peu commode qui attaque sans discernement à l’aide de sa mâchoire particulièrement puissante et ses griffes acérées. Très résistant et courageux, il n’est pas rare de le voir chasser jusqu’aux élans et se mesurer aux loups et voire même aux ours dans sa quête de nourriture !

 

4. Le léopard des mers (Océan Glacial Antarctique)

Si on le voyait prendre des coups de matraque sur la tête par d’ignobles chasseurs du Pôle Sud, la planète entière irait sûrement de sa larme et de sa pétition. Mais pour les autres animaux du continent austral, c’est une toute autre affaire… Le léopard des mers est un prédateur d’une grande force mais aussi de fort appétit qui fait des ravages dans son milieu naturel. Ce « gros pépère » à nageoires est doté d’une mâchoire très puissante et ses dents de près de trois centimètres expliquent, elles aussi, parfaitement son nom. Et, en plus, il n’hésite pas à s’attaquer aux hommes. Intrépides plongeurs des pôles, vous voilà prévenus !