Le Very Bad Trip

Bienvenue chez moi : 4 micro-états pirates dans le Monde

26 octobre 2018
micro-états

Il y a des états connus et reconnus par toutes les nations du monde. Et il y en a d’autres complètement clandestins, souvent drôles et parfois inquiétants. Découvrez quatre de ces « micro-nations » joyeusement pirates dans un Very Bad Trip qui ne l’est pas vraiment.

 

1. Principauté de Hutt River, Australie

Avec sa superficie de plus de 7,6 millions de km², l’Australie a largement la place pour installer une « micronation » sur son territoire. Ce fut fait dès les années 1970 en Australie occidentale (à 40km de Northampton) avec la Principauté de Hutt River. Ce micro-état est en fait un regroupement des exploitations agricoles du propriétaire terrien Leonard George Casley qui partit en guerre contre les autorités locales. La raison ? Le durcissement des quotas agricoles ! Léonard profita de l’occasion pour s’autoproclamer « Prince Leonard 1er », sans obtenir aucune reconnaissance internationale. Il n’en reste pas moins que la principauté du prince Léonard est visitée chaque année par des dizaines de milliers de touristes. Elle bat même sa propre monnaie – « le dollar de Hutt River » en billets et pièces en or – et elle imprime ses propres timbres. Pittoresque à souhait.

 

2. République de Liberland

Le déchirement de l’ex-Yougoslavie a provoqué une crise sans précédent dans les Balkans au cœur des années 90, des centaines de milliers de morts, et une rancune qui menace de se réveiller à chaque instant. Mais il a également engendré une « micro-nation ». Révulsé par le sanglant résultat de cette guerre, un politicien tchèque du nom de Vit Jedlicka a fondé, le 13 avril 2015, « sa » République de Liberland sur un territoire non-revendiqué à la frontière entre la Croatie et la Serbie. La devise du pays est claire : « Vivre et laisser vivre ». Cette république compte 40 habitants mais, depuis sa création, 300000 demandes de candidatures à la citoyenneté ont été enregistrées. N’est pas Liberlandais qui veut !

 

3. Royaume de Redonda

Située au sud-ouest d’Antigua, dans l’Océan Atlantique, ce royaume est la plus ancienne « micronation » du monde. Fondée en 1865, il doit sa création à un Anglais excentrique des Antilles, Matthew Doddy Shiell. Sachant l’île de Redonda convoitée par les Américains pour l’exploitation de son sol riche en phosphates, Shiell demanda à la Reine Victoria de faire de son fils nouveau-né le premier roi de Redonda. Sa gracieuse Majesté accepta sa requête, et Matthew Phipps Shiell devint ainsi le roi Felipe 1er, souverain de Redonda. Depuis sa mort en 1947, sans succession. cette « micronation » est au cœur de « microbatailles » à savoir qui deviendra le nouveau roi de Redonda.

 

4. Dominion de Melchizedek

Une adresse réputée des petits malins de la planète entière. Le Dominion de Melchizedek a été établi dans les années 1990 par Mark Pedley sur un atoll inhabité des îles Marshall, au cœur de l’Océanie. Le Dominion possède ses propres armoiries (un fourre-tout qui mélange royauté et symboles religieux chrétien, juif et musulmans ainsi qu’une colombe de la paix) et continue à élire son propre président. Et si la paix, donc, y règne, c’est bien pour les margoulins du monde entier qui viennent là pour y laver leur argent sale en famille ou pas. Le Dominion de Melchizedek est surtout célèbre pour être un haut-lieu de la fraude bancaire et de l’évasion fiscale ! Ce qui est autrement moins sympathique, convenons-en.