Le Very Bad Trip

Qu’est-ce qu’il dit, le monsieur ? 4 langues vernaculaires qui vous feront perdre votre Latin

9 février 2018
idiomes

Parler une langue véhiculaire, c’est bien. Quelle fierté de voir notre président taper sur le ventre des grands de ce monde dans la langue de Shakespeare ! Mais il est des idiomes que plus personne ne parle ou presque. Grâce à L’Œil de Marco, découvrez en quatre parmi les plus compliqués, rares ou déroutants de notre étrange planète. 

 

  1. Le Siblo, Espagne

« Parlé » depuis plus d’un millier d’années, le Siblo fait toujours la fascination et le voyageurs des touristes de passage dans les îles Canaries. C’est à la Gomera qu’est encore aujourd’hui pratiquée cette langue « sifflée » qui appartient au Patrimoine immatériel de l’humanité (ignorée par les 99,999% du reste du monde)
Chaque mot possède un son, une intonation bien spécifique, ce qui permet d’avoir une conversation certes simple mais complète. Le plus étonnant, c’est que ces sifflements peuvent avoir une portée de plusieurs kilomètres.

 

  1. Le !Xóõ, Botswana

En 1980, cette langue à la fois étrange et mélodieuse a eu son heure de gloire en Occident à la sortie d’une coproduction entre le Botswana et l’Afrique du Sud intitulée Les Dieux sont tombés sur la tête.
Le !Xóõ fait partie des langues khoïsan. Près d’une soixantaine de consonnes, une trentaine de voyelles, plusieurs intonations, bruits et claquements, c’est, selon les linguistes, une des langues au monde les plus difficiles à comprendre. Elle serait aujourd’hui parlée, en tout, entre le Botswana et la Namibie, par 4 200 personnes.

 

  1. Le Tuyuca, Brésil

Pour entendre du Tuyuca, il vous faudra traverser l’Atlantique. Cette langue tucanoane – parlée en Amazonie – est encore pratiquée en Colombie et au Brésil par les Tuyuca, un groupe ethnique composé d’un millier de personnes concentrées le long des rivières Tiquie, Papuri et Inambú.
Pour les spécialistes, c’est tout bonnement la langue la plus compliquée à maîtriser au monde : elle possède pas moins de 100 genres – ou classes de noms – et chacun de ses mots est un empilement de différents mots ou idées. De quoi s’offrir son propre poids en dictionnaires !

 

  1. Le Rotokas, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Pour parler le Rotokas, ou rencontrer une des 4 000 âmes maîtrisant la langue, il faudra vous rendre donc en Papouasie-Nouvelle-Guinée, plus précisément sur l’île de Bougainville.
Le Rotokas se divise en trois principaux dialectes : le Rotokas – la langue possédant le moins de phonème au monde pour un alphabet riche de… 12 lettres (A,E,I,O,U et G,K,P,R,S,T,V) ! -, le Rotokas Aita et le Pipipaia. Le Rotokas ne contient aucun phonème nasal, ce qui complique son apprentissage par les étrangers.

 

Vous croyiez tout connaître des us et coutumes des peuples du monde ? Erreur ! Voici quelques traditions un peu folles ou carrément maso qui dérouteront nos esprits cartésiens.