Le Very Bad Trip

Les 4 établissements les plus dangereux du monde : qui a eu cette idée folle, un jour d’inventer l’école ?

5 septembre 2018

La rentrée est pour la plupart un joyeux moment de retrouvailles et de découvertes. Mais pour d’autres, elle sonne l’heure fatidique du retour dans des établissements où le danger rode. Passage par quatre des bahuts les plus infréquentables de la planète.

 

1. Atule’er, Chine

Que ceux qui se plaignent d’arriver en retard à l’école à cause des embouteillages se mettent une minute à la place des enfants du village d’Atule’er, dans le Sichuan. Jusqu’à il y a peu de temps, ils étaient obligés de grimper à une « échelle » de bois haute de 800 mètres (sic) et de traverser des chemins escarpés pour se rendre en cours. Au moins un accident mortel avait lieu chaque année, jusqu’à ce que le gouvernement chinois, sous la pression d’une campagne internet mondiale, promettent de construire une infrastructure en fer plus solide et « confortable » composé de 1500 tubes métalliques. Et il a tenu parole. Ce qui n’enlève pas grand-chose à la pénibilité du parcours…

 

2. Spes Bona High School, Afrique du Sud 

Situé dans la ville d’Athlone, ancien bastion de l’ANC, en banlieue-est de Capetown, la Spes Bona High School tient plus de la prison de haute-sécurité que du simple lycée « à problèmes ». Chaque matin, les élèves doivent passer au détecteur de métaux afin de trouver des armes dissimulées ou des canettes de bières, puisqu’ils n’hésitent plus à se saouler pendant le cours ! Malgré son propre service de sécurité – les Bambanani officers -, l’établissement ne peut empêcher ni le racket des professeurs ni les règlements de comptes entre bandes. Depuis 2013 et l’assassinat du jeune Glenrico Martins, 17 ans, la police a même reçu l’autorisation d’y faire des rondes en pleine journée.

 

3. Strawberry Mansion High School, Etats-Unis

Malgré son nom fruitier « Le Manoir aux fraises », cet établissement de Philadelphie a de quoi tenir du cauchemar : il est classé parmi les lycées les plus violents des Etats-Unis depuis 1951. Confisquer des couteaux et autres rasoirs aux élèves fut longtemps une habitude, jusqu’à ce qu’une nouvelle génération apporte des armes à feu à l’école. Après une série d’agressions sur des professeurs et un début d’incendie dans une salle de classe, l’administration a décidé l’installation de 94 caméras de surveillance et de détecteurs de métaux. Plusieurs incidents ont depuis eu lieu devant Strawberry Mansion comme en février 2017 où une jeune femme a été poignardée par une autre élève âgée de 17 ans et… enceinte !

 

4. Yodok, Corée du Nord

Les apologues du régime de Pyongyang – et il y en a de plus en plus après l’accord (sic) KIM-TRUMP – feraient bien d’aller faire un stage dans l’école bâtie au cœur du camp de concentration de Yodok. Construit à 110 kilomètres au nord-est de la capitale, en 1969, Yodok (dit kwanliso n°15) compterait aujourd’hui 50 000 prisonniers : hommes, femmes mais aussi enfants, dont beaucoup nés en captivité. Le camp possède ainsi sa propre école où l’éducation de déroge pas à la règle nord-coréenne : propagande, violence d’Etat, brimades. Les cours n’ont lieu que le matin. L’après-midi, ce sont les travaux forcés. De jeunes élèves seraient même morts sous les coups de leurs professeurs.

Après les 4 écoles les plus infréquentables du monde, L’Œil de Marco vous dévoile les 4 « chiottes » les plus dangereuses de la planète !