Le Very Bad Trip

Mythe ou réalité ? 4 monstres légendaires que vous apercevrez peut-être durant vos vacances

14 septembre 2018
monstres

Voici quatre divines créatures, tapies au fond des grimoires ou des océans, dont l’existence excite les esprits fertiles depuis le fond des âges. Légendes, ou Vérité cachée ? A vous de choisir…

 

1. Le Monstre du Loch Ness

A tout seigneur, tout honneur. Nous ne pouvions faire l’impasse sur Laird « Nessie », cette faribole scientifique en ablution permanente dans les eaux des Highlands. Personne ne l’a encore vu mais tout le monde y croit ferme : depuis 1930, essor du business du tourisme oblige, touristes se rendent du côté d’Inverness et son loch mythique pour y croiser le fameux « Monstre du Loch Ness ». Serpent de mer, animal préhistorique inextinguible, malgré la supercherie constamment dénoncée, nombreux sont les témoins qui déclarent mordicus l’avoir vu ou entendu. Il n’a pourtant pas donné de signe de lui depuis… 1972.

 

2. Le Mégalodon 

Ce n’est pas l’ancêtre du grand requin blanc, mais une espèce éteinte – les Otodontidés – qui hantait encore les océans il y a 1,6 millions d’années. Sa particularité ? Il pouvait mesurer, entre autres, jusqu’à 20 mètres, ses dents allant jusqu’à mesurer 12,5 centimètres ! Ressuscité par le cinéma de série Z et les émissions pseudo-scientifiques de la télé US, la créature n’a de cesse d’avoir été vu, ici et là, depuis le début du 20e siècle : au large du Timor, de l’Australie, en Polynésie… Mais pas de panique : la dent retrouvée la plus « récente » daterait d’il y a plus de 10 000 ans.

 

3. La pieuvre géante

Il existe sur notre planète près 300 espèces différentes de pieuvres, couleurs, tailles et formes confondues. Mais rien de comparable, par leur stature, à la bête qui attaquait le Nautilus dans le 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne. Habituellement, les pieuvres ne « dépassent » pas les 3 mètres d’envergure pour 50 kilos – beau spécimen quand même ! Mais certains marins (dont Ned Land et notre toujours excellent Olivier de Kersauson, en 2003, dans les eaux de l’Atlantique ) assurent avoir croisé la route de pieuvres géantes aux tentacules dignes d’« être coupés à la hache ». Pour se rassurer : malgré ses trois cœurs, la pieuvre s’épuise vite et ses attaques ne dépassent jamais quelques minutes !

 

4. Le Yéti

Tintin, lui, c’est certain, l’a rencontré. Mais sinon, le Yéti reste, avec son cousin le « Bigfoot » américain, comme le mythe montagnard le plus encore vivace. Pour les chercheurs, c’est niet : il serait né de l’imagination de non-scientifiques après la découverte de fossiles de primates disparus des régions d’Asie. Mais que ce soit au Népal, au Bouthan, au Tibet, la crainte de « L’abominable Homme des neige » est toujours présente. Depuis plus d’un siècle, nombreux furent les explorateurs et autres aventuriers à trouver d’étranges traces de ladite créature : du lieutenant-colonel Charles Howard-Bury en 1921 à l’Himalayiste Reinhold Messner, jusqu’à plus récemment, le primesautier écrivain-bourlingueur français Sylvain Tesson !

©JournalduParanormal

Après les 4 monstres légendaires, L’Œil de Marco vous dévoile les 4 animaux les plus beaux mais aussi les plus dangereux à éviter lors de vos prochains voyages.