Le Very Bad Trip

GRrRrRrR ! Quand les fauves passent à l’attaque

6 avril 2018
fauves

Voyager, c’est souvent l’occasion de découvrir une nature luxuriante et une faune inédite. Mais cela comporte parfois ses périls. Voici quatre fauves qui peuvent représenter un certain danger … si vous vous mettez en tête de les approcher de trop !

 

  1. Les lions du Kenya

A l’origine, les lions ont été les protagonistes d’une page sombre de l’histoire du Kenya. Au tout début du XXe siècle, 137 ouvriers ferroviaires furent en partie dévorés par des lions aux abords de la rivière Tsavo. De nos jours ce genre d’incidents est devenu plutôt rare. Encore 50 000 dans les années 1970, il ne reste plus que 2 000 lions au Kenya aujourd’hui. Cependant, l’urbanisation du pays – et particulièrement le développement de Nairobi – engendre toujours des conflits hommes/animaux au dénouement parfois tragique : ainsi, durant l’été 2017, un jeune berger de 18 ans se faisait tuer par un lion en plein cœur du Parc de Nairobi.

 

  1. Les Dingos en Australie

Son origine sème encore le doute mais l’animal, mi-chien, mi-loup, serait arrivé en Australie il y a plus de 4 000 ans. La mauvaise réputation (excessive) du dingo aura même été à la source d’un projet ubuesque : la construction d’une barrière de protection, la « Dingo Fence », de 5 320 kilomètres de long ! Au cœur d’un fait-divers glaçant dans les années 80, l’« enlèvement » du bébé d’un couple de campeurs à Ayers Rock, l’animal, pourtant très peureux face à l’être humain, fait itérativement parler de lui. Comme en 2012 où un touriste allemand avait été laissé pour mort après une attaque sévère sur l’Île de Fraser au large du Queensland.

 

  1. Les singes en Inde

En Inde, les relations entre le singe – de moins en moins froussard et toujours aussi fourbe – et l’homme – de plus en plus hégémonique – sont à l’origine de situations dramatiques. Comme la semaine dernière, dans le village de Tabalasta, dans l’état d’Odisha, à l’est du pays, où un macaque rhésus a « volé » un bébé de 16 jours retrouvé mort quelques heures plus tard. En mars dernier, dans la même région, une école avait dû fermer, livrée au « pillage » par des primates. Sans oublier l’adjoint au maire de New Delhi, mort en 2007 après être tombé de sa terrasse victime d’une féroce attaque de singes. Si vous passez par le pays du dieu Hanuman, vous éviterez donc soigneusement de nourrir ces sournoises petites bêtes !

 

  1. Les ours du Japon

Il n’est pas rare que ces emblématiques plantigrades, surpris dans leur milieu naturel, s’attaquent à des promeneurs en Alaska, en Russie (sur l’île de Sakhaline par exemple) ou au Canada. Plus inattendu, au Japon, dans la préfecture d’Akita, au nord-ouest de l’Île d’Honshu, des ours noirs ont multiplié les attaques contre des êtres humains. En 2016, quatre personnes – une randonneuse et trois travailleurs champêtres – mourraient atrocement déchiquetés. Pour beaucoup, la raison est la multiplication des bêtes dans la région.
C’est « la faute aux humains » pérorent pourtant les mordus de la défense de la nature les plus paresseux intellectuellement. Facile à dire quand on ne se retrouve pas devant une bête de 500 kilos…

 

Vous en voulez encore ? L’Œil de Marco vous dévoile les 4 créatures les plus angoissantes de la planète