Le Very Bad Trip

Souviens-toi que tu es poussière : 4 villes laissées à l’abandon dans le monde

22 juin 2018
poussière

Elles furent jadis peuplées, heureuses et prospères. Et puis le malheur s’est abattu, et leurs habitants n’ont eu le choix que de s’en aller ou de s’enfoncer dans la misère. Voici 4 anciennes cités radieuses qui retournent aujourd’hui dans la poussière. A visiter, si vous y tenez..

 

1. Ville-île d’Ha-shima, Japon

Située au sud du Japon, dans la préfecture de Nagasaki, l’îlot Ha-shima fut un lieu particulièrement prospère grâce au gisement houiller qui y fut découvert – jusqu’à devenir un des lieux les plus densément habités du Japon. Une ville de 53 000 habitants – sur à peine six hectares ! – se créa ainsi expressément autour de ce filon : habitations, commerces, école, un hôpital… Mais tout a une fin : début des années 70, le gisement est à sec et le pétrole triomphe, Hashima est abandonné par ses derniers habitants. Que reste-t-il de l’âge d’or de l’île navire-de-guerre (son nom en nippon) ? Une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. Est-ce vraiment ce qu’on appelle un happy end ?

 

2. Villa Epecuén, Argentine

Bâtie en 1921 sur la promesse des bienfaits de ses eaux salines, la Villa Epecuén, en province de Buenos Aires, devint une ville thermale célèbre, jusqu’à accueillir 25 000 touristes chaque été. Mais en novembre 1985, les habitants durent plier bagage après une crue monumentale : la ville fut engloutie sous 7 mètres d’eau. Un scandale politique et financier éclatera sur la gestion de la catastrophe naturelle. Ne reste plus désormais que des bâtiments inertes, rongés par le sel, que la décrue a laissé apparaître.

 

3. Detroit, Etats-Unis

Les usines désaffectées sont à Détroit ce que le néon est à Las Vegas : une image qui lui colle à la peau et a forgé une « légende » toute américaine. La cause de cet effondrement qui a fait le malheur de ses habitants et le – rare – bonheur de quelques photographes ? La crise dans les années 60 qui fit s’effondrer l’industrie automobile locale et la gestion lamentable de la ville qui s’ensuivit ont inscrit, jusqu’à aujourd’hui, sa malédiction dans la friche. Aujourd’hui, un timide élan de gentrification revitalise l’ancienne capitale mondiale de l’automobile. Un espoir mince, mais réel, de voir de nouveau la ville des Pistons rebondir dans un nouvel élan.

 

4. Agdam, Azerbaïdjane

Un symbole oublié de la folie guerrière des hommes. Jusqu’au début des années 90, Agdam était une place forte de l’Azerbaïdjan face à son voisin arménien, au coeur de la Transcaucasie. En 1988 éclate le conflit du Haut-Karabagh entre les deux pays qui durera jusqu’en 1994. En 1993, les habitants sont chassés de la ville par les forces arméniennes. Des maisons sont occupées, des forêts brûlées. Aujourd’hui, une paix fragile revenue, Agdam n’est plus qu’une ville-fantôme en ruine.

© Elisandre – L’Oeuvre au Noir

 Après avoir mordu la poussière, L’Œil de Marco vous invite à visiter ces 5 autres villes fantômes de la planète