Le Very Bad Trip

La (dé)route des vins : les pires piquettes locales à ne jamais déboucher en voyage

12 janvier 2018
piquettes

Quand on voyage, on rencontre des vins venus d’ailleurs, qui portent des noms aussi étranges que pompeux. Si certains sont des pépites bachiques, d’autres sont élevés avec une ambition qu’ils sont très loin d’atteindre ! Voici quatre étiquettes de piquettes qui vous donneront mal à la tête.

 

  1. Californie: Charles Shaw White Zinfandel, 2015

Le Zinfandel, ce cépage noir, représente plus de 10% du vignoble californien. C’est dire que ce vin est disponible au rayon des discounters américains. Le « Golden State » produit massivement et arrose la planète de ses « créations ». Un exemple ? Ce White Zinfandel rosé de Charles Shaw, « vigneron » peu connu pour sa délicatesse, qui se rapproche le plus du sirop.
Selon des critiques américains, ce vin aux accents de kiwi et de purée de fraise vous garantira en cas d’abus un monstrueux mal de crâne le lendemain matin. Trop de sucre tue la tête !
 

  1. Chine : Château Changyu Moser XV 2008

C’est désormais une information connue de tous – pas besoin d’offrir un canasson à Xi Jinping pour obtenir le tuyau : les vignerons chinois ont pour ambition de dépasser un jour les plus grands crus français. Mais au pays de Mao, la marche sera longue.
Pour exemple, ce Château Changyu Moser XV créé avec un vigneron autrichien réputé Lenz Moser, dans l’obscure région du Ningxia, une des moins peuplées de Chine. Pour Victoria Moore, journaliste « vin » pour le quotidien britannique The Telegraph, il aurait « une odeur de souris morte cuite au four ». Tout est dit.
 

  1. Italie : Lambrusco Chiarli Cleto e Figli

D’accord, le Lambrusco, ce vin de la région d’Emilia-Romagna, a de faux airs d’attrape-gogo : fruité, pétillant, hautement rafraîchissant. Le genre à vous entraîner dans une sieste traîtresse un après-midi de vacances perdu à roupiller. Acide, chimique, avec son bouquet de fruits tropicaux parfaitement « toc », le Chiarli Cleto e Figli a de quoi gâcher vos vacances.
Selon l’ex-journaliste de BBC World David Brenner, sur son blog consacré au vin, il ferait même penser, au nez, à un bureau qui vient d’être repeint ! A sniffer peut-être ?
 

  1. Hollande : ChocoVine

Pour finir, ce « vin de dessert » qui fait paraît-il fureur au pays de l’Oncle Sam – une forme de masochisme lorsque l’on sait les excellents produits disponibles dans la Napa Valley. La recette du ChocoVine ? Un Cabernet Sauvignon qualifié de « Français » mélangé à du chocolat liquide de Hollande par les bons soins de la distillerie royale De Kuyper à Schiedam. « Une expérience de goût proche de l’orgasme » selon le très sobre dépliant publicitaire. « Un milkshake au liquide batterie » d’après un site œnologique américain. A vous de trancher !

 

Ce n’est certainement pas de ces vins venus d’ailleurs que la collection d’art d’Anthony Buzbee, un avocat texan aisé, a été arrosée. Retour sur une soirée qui a tourné en eau de boudin !