Le Very Bad Trip

Les 4 vols réguliers les plus interminables du Globe

31 mars 2016
vols

Si vous avez (presque) une journée à perdre et qu’il vous vient une envie irrépressible de déconnexion en mode avion, voici quatre liaisons aériennes d’une durée record. Attention, le long de l’air effraie !

 

  1. Singapour – New York : 18h50

Pour passer de l’une des perles de l’Asie au modernisme grisant, à l’illustre grosse pomme et ses gratte-ciels, il fallait encore récemment prendre son mal en patience. Presque 19 heures en vol direct, soit quasiment le temps de se passer huit fois le très ennuyeux « The Revenant », le dernier Di Caprio, en boucle ! C’était la compagnie Singapore Airlines qui se chargeait de ce vol record, stoppé fin 2013 faute de rentabilité. Les billets en business du dernier vol se vendirent à 11 000 US$ pièce !

 

  1. Dallas – Sydney : 16h55

Envie de fuir les puits de pétrole et la chaleur accablante de la ville où Kennedy se fit casser la pipe pour celle non moins étouffante de l’artistique et détendue Sydney ? Pas de problème : il vous faudra un tout petit peu moins de 17 heures à passer dans le ciel avant d’aller goûter aux (bières) Blondes insipides de la métropole aussi. Soit l’équivalent de 22 épisodes de la mythique série Dallas ! Une longueur impitoyable !

 

  1. Johannesburg – Atlanta : 16h40

Pas loin du record absolu (et c’est la compagnie Delta Airlines qui s’y frotte), ce vol direct entre l’Afrique du Sud et les États-Unis couvre pas moins de 15 557 kilomètres. Point de vue distance, c’est 16 fois et demi le parcours Marseille/Maubeuge (ou Valenciennes, pour les amateurs de foot). Une durée de vol certes pas aussi longue que la captivité de Nelson Mandela, mais qui vous donnera tout de même le temps de relire les 505 pages de ses « Conversations avec moi-même », parues aux éditions Points.

 

  1. Dubaï – Los Angeles : 16h35

Deux univers différents : l’un flambant neuf, tapageur et dispendieux, l’autre cool, West Coast mais pas moins parvenu si vous vous perdez du côté de Rodeo Drive. Quitter le ciel bleu de Dubaï pour rejoindre celui tout aussi azuréen de Los Angeles vous prendra du temps, beaucoup de temps. La compagnie Emirates, qui propose le vol, nous sort le grand jeu hollywoodien : pléthore de films US sont disponibles à bord de l’A380 qui relie les deux destinations mythiques. De quoi vous occuper si vous avez le sommeil difficile…