C’est arrivé loin de chez vous

Taco bling bling à Los Cabos

17 mars 2017
taco

Le taco est le fleuron de la street food mexicaine. Le secret de cette goûteuse petite galette garnie de viande et de légumes ? Son prix plus que modique ! Enfin sauf à Los Cabos, station balnéaire de luxe de la côte pacifique, où vient d’être inventé le taco le plus fou del Mundo.

Avec ses hôtels rutilants et ses adresses fréquentées par le gratin d’Hollywood, Los Cabos est LA villégiature mexicaine par excellence des « grands » de ce monde. Tout n’y est que farniente, fête, et grand luxe. La preuve ultime ? Même le taco, le célèbre en-cas national à savourer moyennant une dizaine de pesos (0,5 € environ), y bat des records de cherté.

Ainsi au restaurant du Grand Velas de Los Cabos, un resort exclusif avec piscine(s) et vue sur l’océan Pacifique, le chef Juan Licerio Alcala propose un taco pour la bagatelle de 25 000 $ USD ! Pourquoi un tarif aussi loco ? « Lorsque j’explique la délicatesse, la technique et l’harmonie que nous donnons à ce plat, cela les vaut » a-t-il très sérieusement confié au correspondant de l’AFP.
Dans la composition de ce mets hors-norme, on trouve de la langouste, du bœuf de Kobe, l’incontournable caviar Béluga, de la truffe noire et blanche. La mixture est agrémentée d’une sauce à base de café de civette, extrait d’un étron et vendu au prix d’un lingot. Le tout est servi dans une tortilla de maïs tapissée de feuille d’or. Pour l’instant, aucun oligarque russe féru de bon goût, aucun gourmet texan pétrolifère, ni aucun émir à l’appétit féroce n’ont encore commandé le plat. Mais patience : il leur suffira juste d’un petit dépôt de 25 000$ à la réception du Gran Velas pour pouvoir ensuite savourer le taco d’exception.

Pas besoin de débourser 25 000$ pour personnaliser son voyage : mexique.marcovasco.fr

Le chiffre de la semaine

Numéro 1

17 mars 2017
numéro

C’est la place qu’occupe cette métropole dans le « hit parade du cœur » de la jeunesse mondiale. Indice : on y parle un français pour le moins bizarre…

Pas moins de 18 000 étudiants ont été interrogés par l’agence britannique Quacquarelli Symonds pour élire leur ville préférée. Les critères ? Ses infrastructures, ses équipements, son niveau académique, son coût de la vie, etc.
Et c’est donc la québécoise Montréal qui a décroché la timbale en 2017, suivie de Paris et de Melbourne. Et comme la ville fête ses 375 ans cette année, pas besoin d’être jeune pour profiter des charmes de la vieille dame !

Vous reprendrez bien un peu de Poutine ? canada.marcovasco.fr

La crème de la crème

4 souvenirs d’exception à rapporter de votre prochain voyage

17 mars 2017
souvenirs

Artisanat en toc, T-shirts idiots ou autres boules à neige : c’est le choix souvent consternant du rayon souvenir de nos destinations de vacances. Des mochetés kitsch qui alourdissent nos bagages, et qui sèment la désolation parmi nos proches. Mais voilà, avec ces quatre très beaux objets, vous saurez désormais que l’on peut ramener de magnifiques souvenirs. Et vous n’aurez vraiment plus aucune excuse !

 

  1. Les Sculptures de sel, Argentine

Pour mettre la main sur l’une de ces petites sculptures taillées dans des blocs de sel par des artisans du cru, il faut se doter d’un courage certain et monter jusqu’à 4 000 mètres d’altitude, dans les Salinas Grandes de Jujuy et Salta. C’est LE souvenir idéal pour quiconque souhaite rapporter d’Amérique du Sud autre chose que l’habituel mais toujours onéreux poncho en alpaga, ou sa version cheap 100% poils de polyester. Ces statuettes représentent généralement un lama, un cactus ou un hibou, et apportent à des familles un supplément de revenus considérable. De quoi allier le beau à l’équitable !
Prix : 10 € environ

Chaussez vos plus belles chaussures de randonnée et partez explorer l’Argentine : argentine.marcovasco.fr

 

  1. Les Poupées Kokeshi du Japon

Les poupées Kokeshi sont fabriquées à base de bois de cerisier et sont peintes à la main, ce qui fait de chacune d’elles une pièce d’artisanat unique. Originaires de la région de Tohoku au Nord-Est du Japon, elles seraient apparues durant l’ère Edo, aux XVIIe siècle, pour être offertes aux visiteurs des nombreuses sources chaudes locales. Élégantes, délicates, ces poupées qui célèbrent le bonheur, l’amitié et l’abondance sont un cadeau idéal de retour du Japon.
Prix : 25 € (environ)

 

  1. La Pierre Savon de Nouvelle-Calédonie

Si votre soif d’exploration vous porte jusqu’en Nouvelle-Calédonie, poussez la curiosité jusqu’à la Province Nord. Au sommet de l’île, la commune de Pouébo compte parmi ses habitants – issus en particulier de la tribu de Yambé et de Tao – un beau vivier de sculpteurs de pierre-savon, cette pierre grise, tendre et malléable, trouvée dans la montagne et travaillée selon l’inspiration de l’artiste. Aux alentours de la superbe Cascade de Colnett, des stands en bord de route proposent quelques créations à acheter en laissant ses Francs Pacifiques… dans un bocal !
Prix : de 5 à 10 €

Direction la Nouvelle-Calédonie pour vos vacances d’été et ça tombe bien c’est la meilleure période pour s’y rendre : La Nouvelle-Calédonie avec MARCO VASCO

 

  1. La Porcelaine Lomonosov de Russie

Certes, la porcelaine c’est avant tout une tradition chinoise, mais les Lomonosov, par leur raffinement, leur beauté, leur sens du détail et le savoir-faire de leurs artisans, sont des objets tout autant admirés que célébrés à travers le monde. Direction Saint-Pétersbourg et ses fameuses usines du 160 Nevski Prospekt ou du 7 Vladimirski Prospekt. Vous y trouverez de véritables trésors pour la décoration de la table ou à l’heure du thé. Sinon, pour les moins inspirés, il reste toujours les matriochka, ou la bouteille de vodka à acheter à l’épicerie du coin…
Prix : à partir de 25 € l’assiette

Le Very Bad Trip

Les pattes dans le plat : 4 spécialités à base d’animaux déconseillés aux amis des bêtes

17 mars 2017
animaux

C’est bien connu, quand les Français partent en voyage, ils ne pensent qu’à profiter de la gastronomie locale. Et tant pis pour tous les mignons animaux sacrifiés au plaisir souverain de leur palais. Maintenant, si on parle d’un ragoût de rat, de soupe de chien et de glace au phoque, pas sûr qu’il y ait autant d’amateurs. Voici un Very Bad Trip pas très ragoûtant, et déconseillé aux amis des bêtes !

 

  1. Le ragoût de rat, Vietnam

C’est un mets qui remonte aux guerres des années 50 et 60, quand le pays connaissait de fortes pénuries de viande. Animal gras, dont la chair ferait selon les gourmets locaux penser à du cochon de lait, le rat est aujourd’hui un mets de choix sur les tables des familles des petits villages comme sur celles des restaurants de Hanoï. S’il se consomme grillé ou cuit à la vapeur, c’est surtout en ragoût que l’animal fait actuellement fureur au Vietnam. Le consommer vous débarrasserait également du « mauvais œil » !

 

  1. Les œufs brouillés à la cervelle d’écureuil, États-Unis

Cap sur les Appalaches, et le goût prononcé de ses habitants pour la cervelle d’écureuil. Elle s’apprécie en œufs brouillés ou encore dans la composition d’un ragoût de viandes appelé « Burgoo ». Au début des années 2000, des médecins du Kentucky avaient pourtant lancé un cri d’alarme : manger la cervelle des rongeurs pouvaient entraîner un risque d’encéphalite spongiforme, proche de la maladie de la « vache folle ». En vain:  cela n’a pas découragé les amateurs, dont beaucoup sont devenus depuis des idiots du village Appalache.

 

  1. La soupe de chien, Corée

L’annonce de la fermeture d’un marché à chiens à Seongnam, dans la banlieue de Séoul, avait été saluée par tous les défenseurs mondiaux des canidés. Et puis, finalement, non ! En Corée, les estomacs ont protesté, et les 22 grossistes qui approvisionnaient en chiens les tables du pays n’ont finalement pas baissé rideau. Là-bas, le Boshintang, dit « Soupe de réconfort », est une spécialité de chien bouilli avec de la pâte de soja (ajoutez-y poireaux, ciboulette, feuilles de sésame…). Il est considéré comme un plat de luxe excellent pour la santé. Tu l’aimais bien Médor ? Reprends-en donc un peu…

La gastronomie en Corée ne s’arrête pas au chien Chow Chow… Kimchi et autre Bibimbap vous attendent : coree.marcovasco.fr

 

  1. L’Akutaq, Alaska

Et maintenant, place au dessert avec l’Akutaq, une glace assez étonnante de par ses ingrédients, et qui peut passer en somme pour « l’Eskimo des Esquimaux » ! Sa recette ? Prenez de l’huile de phoque, de la graisse de renne, des baies sauvages et du poisson émincé. Mélangez l’ensemble avec de la neige fraîchement tombée. Et savourez ! Cette « crème glacée » se partage généralement au cœur des communautés après le retour des hommes du premier jour de pêche ou de chasse. Pas certain que l’Akutaq trouve néanmoins preneur chez nous. Surtout au cinéma lors de l’entracte !

Destination Souvenir

Le Brésil carioca de Vanessa Guide

17 mars 2017
Vanessa

La chroniqueuse et comédienne est à l’affiche de Going to Brazil, une comédie « girly », féroce et déjantée. Cela tombe bien : pour Vanessa Guide ce film reste à la fois son plus beau souvenir de tournage… et de voyage !

Mon plus beau souvenir du Brésil est aussi un de mes plus beaux souvenirs de tournage. C’est le jour où nous avons tournés dans une des plus fameuses favelas de Rio, Morro dos prazeres, aujourd’hui pacifiée, mais qui reste un endroit très atypique, c’est une communauté dans la ville, avec ses propres codes et modes de fonctionnement. Sans parler de la vue imprenable sur tout Rio… Je me souviens qu’avec les filles (Alison, Margot et Philippine), on s’est senties à la fois émerveillées et dépassées par cette énergie incroyable qui nous entourait.
La générosité avec laquelle les gens de cette communauté nous ont accueillis était très émouvante et marquante. Je me souviens des sourires des gamins de cette favela qui nous suivaient partout, avec lesquels nous communiquions par des signes, ces rencontres se sont faites sur fond de musique funk brésiliennes crachée par un mur d’enceinte en pleine matinée, c’était à nous de nous adapter à eux, ce qui est rare sur un tournage. Nous étions entourées de danseurs et danseuses hallucinants, qui avaient une façon de bouger si singulière et communicative qu’on avait envie d’oublier l’enjeu de la scène, et de faire la fête avec eux. C’était pour moi l’essence même du Brésil, cette manière qui n’appartient qu’à eux de fédérer autour de la fête.

Going to Brazil de Patrick Mille, sortie le 22 mars.

Explorez le Brésil en toute sérénité : bresil.marcovasco.fr

LAST BUT NOT LEAST

Créez votre voyage personnalisé avec MARCO VASCO

Marco Vasco

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés exauce vos rêves d’exploration et vous invite à découvrir de nouveaux horizons.
Créé dans la lignée des grands explorateurs Marco Polo et Vasco de Gama, MARCO VASCO imagine LE voyage qui vous ressemble.
Aux antipodes des vacances copiées-collées, nous répondons à toutes vos envies d’explorations pour vous confectionner un séjour 100% personnalisé. Depuis sa création en 2007, MARCO VASCO a déjà emmené près de 100 000 voyageurs aux 4 coins du Monde.

Nos 130 créateurs de voyage vous attendent pour réaliser vos rêves d’évasion. Amoureux ou natifs des plus belles destinations, ces explorateurs ont escaladé pour vous les plus beaux volcans, plongé à 20 000 lieues sous les mers, affronté les jungles urbaines et tropicales, ou même goûté les spécialités locales les plus exotiques. Ils partageront avec vous leurs secrets, et feront l’impossible pour vous faire vivre comme un local, profiter d’adresses confidentielles et d’activités époustouflantes !

Vous n’avez qu’à préparer vos valises et vous détendre. Tout le reste, MARCO VASCO s’en occupe. Grâce à son service de conciergerie, vous aurez la réponse à tous vos besoins avant, pendant et au retour de votre voyage. De quoi explorer le monde comme un privilégié, et en toute sérénité.

Explorez le monde avec MARCO VASCO >>