C’est arrivé loin de chez vous

Bangkok ne tient plus qu’à un fil

18 janvier 2018
fils

Hong Kong avait déjà subi la (triste) chasse à ses néons mythiques. Aujourd’hui, c’est au tour de Bangkok de mettre à mal l’un des symboles de la ville : l’enchevêtrement anarchique de ses fils électriques.

 

L’anarchie totale qui régit les installations des fils électriques dans les rues de Bangkok brûle ses derniers feux.
L’image pittoresque de ces masses enchevêtrées, mélangées, enroulées sur les poteaux des rues est jugée négative par les tenants de l’industrie du tourisme. La faute, selon la rumeur, à Bill Gates qui, après l’avoir photographié lors d’un séjour en 2016, aurait posté tout le mal qu’il pensait de ce « cauchemar » visuel.

Ainsi, près de 1 200 poteaux ont déjà été retirés des principales rues de la ville et la compagnie d’électricité publique espère, d’ici 5 ans, enterrer 127 kilomètres de câbles. Pas grand-chose au demeurant, puisque la capitale thaïlandaise et sa banlieue comptent sur un réseau de 3 000 kilomètres de fils. Comme quoi les autorités n’ont fait que s’attaquer au tout début de la pelote…

 

Bangkok, c’est aussi la Venise de l’Asie qui recèle des trésors d’enchantements que sa sulfureuse réputation ne saurait ternir. Elle est une cité de mystères d’Extrême-Orient qui a beaucoup à offrir au voyageur curieux. L’Œil de Marco vous en donne le meilleur.

 

Le chiffre de la semaine

1,3 milliard

18 janvier 2018
Mondiale

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), c’est le nombre de touristes à avoir voyagé à travers le monde en 2017. Soit un bond de 7% par rapport à 2016 !

À elle seule, l’Europe aurait accueilli 871 millions de touristes en un an. La France, suivie de très près par l’Espagne, reste la destination la plus plébiscitée par les voyageurs internationaux. Cocorico !
Et selon l’OMT, la croissance pour 2018 sera toujours au beau fixe avec une augmentation estimée entre 4 et 5%. En voilà une bonne nouvelle pour les cars de touristes blindés qui pullulent dans les rue de notre si belle capitale…
 

Il est des pays que les voyageurs plébiscitent. Et il en est d’autres qui n’en voient jamais pointer le bout de leurs casquettes. Voici quatre destinations, qui, pour diverses raisons, n’ont pas la chance d’attirer grand monde. Chérie, je t’emmène à Chisinau ?
 

La crème de la crème

La crème de… Shanghai

18 janvier 2018
shanghai

Le plus grand port de Chine n’a de cesse d’attirer les foules. Ville bondée, immense et captivante, qui, dans un pays frénétiquement voué à la modernité, a su préserver les traces les plus emblématiques de sa très riche histoire. Shanghai : embarquement immédiat.

 

Un restaurant

Petit frère du MOKA Bros’ de Pékin, celui de Shanghai connaît un succès indéniable. Sa recette ? Offrir à une clientèle branchée et résolument millenial, une cuisine imaginative axée sur le bien-être et les produits frais.
Pour la soif, smoothies et cafés au lait de soja à siffler, avant de passer à table où la cuisine remporte tous les suffrages : tapas « verts » (à base d’avocats, parmesan…), sandwichs sains, sans oublier les multiples plats de riz et les salades. Une alternative healthy et à petit prix !

MOKA Bros’, K.Wah Center, 108 Xiangyang Bei Lu, Xuhui district. Site : www.mokabros.com

 

Un hôtel

Bâti en 1858, l’Astor Hotel House propose une plongée dans le passé. Situé dans les hauteurs du célébrissime Bund, au cœur de l’ancienne concession britannique, l’établissement fait face au Waibaidu, le premier pont d’acier construit en Chine.
Certes, l’atmosphère semble compassée, les qualités de service en-dessous de celles proposées par les grandes chaînes hôtelières qui siègent aux alentours, mais les amateurs de belles histoires et de vieilles pierres y trouveront prétextes à très beaux clichés et autant de souvenirs à ramener à la maison.
Pour l’anecdote, l’Astor fut, en 1862, la première habitation à être éclairée par l’électricité en Chine !

Astor Hotel House, Huangpu Lu, Hongkou District. Site : www.astorhousehotel.com

 

Un bar

Hors de question de « boire inutile » du Blackstone Magic Bar qui a plus d’un tour dans son sac. Bien sûr, on y sert des cocktails autant « classiques » (Martini, Old Fashioned…) que « maison » (Le Milk Can à base de rhum infusé au curcuma) mais c’est le vendredi et le samedi que cet établissement, unique en son genre, abat ses meilleures cartes.
En effet, à raison de 30 euros par personne (cocktail inclus) s’officie sous vos yeux ébahis, une soirée magistrale où défile de talentueux prestidigitateurs. L’ambiance y est conviviale et électrique. Une manière d’être bluffé autrement que par l’habituelle dextérité du barman faisant son « chaud ».

Blackstone Magic Bar, Found 158, 158 Julu Lu. Site : www.blackstonemagicbar.com

 

Une activité

L’idée peut paraître absurde, mais à force de parcourir de long en large le Bund et Nankin Road, celle-ci se révèle salutaire, car l’une des grandes spécialités de Shanghai est le massage des pieds.
Dans le vibrant et très commerçant quartier de Jingan, le Ganzhi Blindman Massage propose des soins pratiqués – comme son nom l’indique – par un personnel mal-voyant. Après un massage du cou et des épaules, passage aux pieds avec des huiles parfumées et une attention portée à vos moindres points de fatigue ou de douleur. Un moment excellent pour la santé et pour le porte-monnaie (12€50 l’heure) !

Ganzhi Blindman Massage, 1065 Beijing Xi Lu, Jingan district.

 

Des spécialités culinaires variées, aux édifices qui s’élèvent en hauteur dans le ciel, en passant par une culture très présente et une vie nocturne particulièrement recherchée : explorez Shanghai, une des métropoles les plus importantes du monde, avec MARCO VASCO !

 

Le Very Bad Trip

Stupeur et tremblements : quand la terre se met en colère…

18 janvier 2018
lave

Secousses sismiques, inondations, coulées de lave… Il y a des recoins de notre belle planète où il ne fait pas forcément bon vivre et qui sont malgré tout habités. L’Œil de Marco en a trouvé quatre. A vous d’ouvrir le vôtre désormais.
 

  1. Kagoshima, Japon

C’est le volcan le plus actif et le plus menaçant du Japon. Si sa dernière éruption remonte à six ans, les explosions sont courantes. La dernière date d’avril 2017 et avait provoqué un épais nuage de fumée.
Le Sakurajima, situé au sud de l’île de Kyushu, domine la baie de Kagoshima et la ville du même nom où résident 600 000 âmes. En cas de réveil, les experts craignent des nuées ardentes et même un tsunami ! En attendant, les habitants répètent les exercices de sécurité…
 

  1. Istanbul, Turquie

Quoi de plus romantique qu’une soirée sur le Bosphore ? Le hic, c’est que la faille nord-anatolienne (entre la plaque anatolienne et eurasienne) passe sous Istanbul. Celle-ci se déplace de plusieurs millimètres chaque année, ayant déjà provoqué à plusieurs reprises des séismes destructeurs.
Selon les experts, dans les vingt prochaines années, Istanbul devrait subir un tremblement de terre de magnitude 7 – celui-ci libérant très probablement de larges poches de méthane. La catastrophe en somme.
 

  1. Oklahoma City, Etats-Unis

Depuis le début du XIXème siècle, ce n’est pas moins de 120 tornades qui ont défrisé la ville d’Oklahoma City. La raison ? La région – et la ville en particulier – est le point de rencontre des courants d’air chaud venus du golfe du Sud et de l’air sec des Rocheuses.
Le résultat est dramatiquement… soufflant ! En 1999, 1700 habitations ont été ravagées dans les alentours et ce, en une seule journée ! Quatorze ans plus tard, presque jour pour jour, une tornade fera 24 morts à Moore, dans la banlieue de la ville.
 

  1. Mocoa, Colombie

Le « problème » de Mocoa, chef-lieu du département de Putumayo, dans le nord-est de la Colombie, est que la ville est entourée de trois fleuves : les rios Mocoa, Mulato et Sancoyaco.
Son destin est inexorablement scellé à leurs caprices. C’est ainsi que le 1er avril 2017, après des précipitations abruptes et brutales engendrées par le phénomène climatique, la montée des eaux a provoqué une coulée de boue destructrice qui emporta avec elle la vie de 300 personnes. La déforestation intense de cette zone surpeuplée a également été pointée du doigt comme une des raisons de la catastrophe.

 

Comme le disait Philippulus le Prophète « La fin du monde est proche. Tout le monde va périr ! ». Voici un chiffre apocalyptique, qui en dit long sur le niveau de bouleversement de notre planète bleue, véritablement catastrophique.

 

Destination Souvenir

Benjamin Biolay : sur les traces du Che en Argentine

18 janvier 2018
Che

Le chanteur-compositeur-interprète, récemment juré dans l’émission de télé-crochet Nouvelle Star, poursuit une carrière de comédien au grand écran. Dans La Douleur, saisissante adaptation cinématographique du roman de Marguerite Duras, il y incarne Dionys, résistant amoureux et taiseux. Son plus beau voyage a été inspiré par l’icône très controversée : Che Guevara. Destination donc, Buenos Aires.

 
« J’ai eu un véritable coup de cœur pour l’Argentine, une passion amoureuse, comme lorsque vous rencontrez une femme et vous vous dites : « Elle est faite pour moi ! » .
C’était il y 15 ans. J’étais parti sur les traces de Che Guevara. Cela m’a fait quelque chose. C’était comme une renaissance, je ne sais pas… Depuis, j’y retourne chaque année, j’y habite presque maintenant et compte, qui sait, m’y installer un jour. En général, dans le cadre d’une telle découverte, arrive le moment où vous découvrez les petits défauts, les choses que vous aimez moins dans un pays. Là, pas du tout. Et puis, j’aime Buenos Aires, avec sa folie, ce mélange, rien qu’au coin d’une rue, d’Europe éternelle et d’Amérique Latine, dans une architecture totalement éclatée. Et puis, la façon de vivre des Argentins m’a conquise. Tellement de crises leur sont tombées sur la figure, qu’ils vivent désormais au quotidien en espérant simplement que la journée se termine bien. Cette philosophie me plaît beaucoup également. »

 

La Douleur est un film d’Emmanuel Finkiel avec Mélanie Thierry, Benjamin Biolay, Benoît Magimel… Sortie au cinéma le 24 janvier.

L’Œil de Marco est allé fureter du côté de Buenos Aires et vous en ramène sa crème… ou plutôt son dulce de leche ! Où boire, dormir, manger et s’amuser ? Tout y est !

 

LAST BUT NOT LEAST

Créez votre voyage personnalisé avec MARCO VASCO

Marco Vasco

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés exauce vos rêves d’exploration et vous invite à découvrir de nouveaux horizons.
Créé dans la lignée des grands explorateurs Marco Polo et Vasco de Gama, MARCO VASCO imagine LE voyage qui vous ressemble.
Aux antipodes des vacances copiées-collées, nous répondons à toutes vos envies d’explorations pour vous confectionner un séjour 100% personnalisé. Depuis sa création en 2007, MARCO VASCO a déjà emmené près de 100 000 voyageurs aux 4 coins du Monde.

Nos 130 créateurs de voyage vous attendent pour réaliser vos rêves d’évasion. Amoureux ou natifs des plus belles destinations, ces explorateurs ont escaladé pour vous les plus beaux volcans, plongé à 20 000 lieues sous les mers, affronté les jungles urbaines et tropicales, ou même goûté les spécialités locales les plus exotiques. Ils partageront avec vous leurs secrets, et feront l’impossible pour vous faire vivre comme un local, profiter d’adresses confidentielles et d’activités époustouflantes !

Vous n’avez qu’à préparer vos valises et vous détendre. Tout le reste, MARCO VASCO s’en occupe. Grâce à son service de conciergerie, vous aurez la réponse à tous vos besoins avant, pendant et au retour de votre voyage. De quoi explorer le monde comme un privilégié, et en toute sérénité.

Explorez le monde avec MARCO VASCO >>