Le chiffre de la semaine

Trente-cinq

6 septembre 2017
aéronautique

Un chiffre stratosphérique qui va rapidement trancher la plus célèbre question de l’aéronautique contemporaine : « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? »

35 milliards de dollars !

C’est, selon une enquête de l’Union de Banques Suisses, la somme que pourraient économiser les compagnies aériennes si les avions étaient confiés aux bons soins d’une Intelligence Artificielle, et non d’un pilote humain (trop humain).

Toujours selon la banque helvétique, ce type de vols commerciaux révolutionnaires pourrait être possible dès les années 2030. Cette économie aurait un impact vertueux sur les tarifs et les profits des compagnies aériennes. Ceux-ci pourraient tout bonnement doubler.
Avec un tel appât du gain, nul doute que les plus audacieux des avionneurs et des compagnies aériennes vont hâter l’avènement du vol commercial sans pilote. En nous assénant force arguments sur le prix des billets, voire – qui sait – en nous expliquant benoîtement que ce sont les erreurs humaines qui causent la majorité des accidents aériens ?

Maintenant, reste à savoir si les passagers seront prêts psychologiquement à embarquer dans des avions 100% robotisés. 1 voyageur sur 3 avouant avoir les chocottes en avion en 2017, il se pourrait bien qu’en 2030 la nouvelle question célèbre de l’ aéronautique ne devienne « y-a-t-il encore des passagers dans la cabine ? »


En attendant 2030 et l’arrivée des avions sans pilote, les passagers connectés peuvent déjà planer tout en naviguant sur le web.