Le Very Bad Trip

Transports en mauvaise compagnie

13 avril 2017
compagnies

Attachez vos ceintures ! Le Very Bad Trip vous entraîne sur la mauvaise piste des plus douteuses compagnies aériennes de la planète. Flottes vétustes, parcours à risque, pilotes sous influence… Notre conseil : ne vous envoyez jamais en l’air avec elles.

 

  1. Lion air, Indonésie

Cette importante compagnie basée à Jakarta est la plus sinistrement connue des low-costs de l’Asie du Sud-Est. Et probablement la plus rock’n roll : ses pilotes se sont fait alpaguer à plusieurs reprises « chargés » à divers stupéfiants, dont de la méthamphétamine semble-t-il très à la mode. Pourtant, la flotte de Lion Air, toute belle, toute neuve, est composée d’Airbus et de Boeing. Ce qui n’empêche pas une « jolie » série d’accidents (dont un spectaculaire ratage de piste à Bali en 2013). Sans surprise, Lion Air n’a pas le droit de faire rugir ses moteurs au-dessus de l’Union Européenne.

 

  1. Nepal Airways, Népal

Juchée sur « le toit du monde », voilà une compagnie qui ravira les amateurs de sensations fortes. En prenant un vol de Nepal Airways, n’espérez pas un service digne des meilleures compagnies mondiales ! Elle est très… rustique. Les 7 avions de sa flotte sont, qui plus est, relativement vieux et n’ont guère été soumis aux vérifications de sécurité habituelles reconnues par les différentes agences internationales. Le dernier accident en date, en 2014, a provoqué la mort de 8 passagers. Pour les divertissements à bord, pas grand-chose non plus ; il faudra donc être assis côté hublot. Ce qui vous laissera le loisir de prier. Ou d’admirer le paysage, beau à en mourir !

 

  1. Scat Airlines, Kazakhstan

Si vous aimez danser sur le « scat », cette forme de jazz immortalisée par le regretté Scatman John [ Pour la pause musicale, c’est ici ! ] , ce Scat-là, la compagnie aérienne du Kazakhstan, vous donne plutôt dans le registre de la tremblote. Du pur low-cost de l’Est qui dessert les principaux aéroports du pays ! Mais parmi les compagnies « à risques », elle tente pourtant de relever le niveau. Un seul accident en 2013 – 21 victimes – au compteur et une volonté affichée d’améliorer son niveau de sécurité pour pouvoir survoler un jour le très convoité espace aérien européen.

 

  1. Kam Airlines, Afghanistan

Pour trouver le siège de la compagnie, il faut tout d’abord se rendre à Kaboul (ce qui n’est pas non plus sans risque). Active depuis 2003, la compagnie afghane propose des vols nationaux et internationaux dans quelques pays voisins. Mais Kam Airlines peine à imposer ses long-courriers. Il lui est interdit d’envoyer ses avions en Europe et aux Etats-Unis pour d’évidentes raisons que voilà : elle fait des victimes ! 96 passagers et 8 membres d’équipages en quatorze ans de fonctionnement. Sans oublier les alertes à la bombe et aux missiles sol-air. Si vous aimez les voyages-frissons, embarquement immédiat porte K !