Le Very Bad Trip

4 destinations salement défigurées par le tourisme de masse

20 avril 2017
tourisme

Qu’on le veuille ou non, il nous arrive à tous d’être des touristes de masse. Mais il est des endroits où l’affluence touristique devient si folle qu’elle détruit, déflore et flétrit. Voici 4 sites naguère sublimes, mais aujourd’hui proprement défigurés, que l’Oeil de Marco vous conseille à tout prix d’éviter.

 

  1. La Grande Muraille de Badaling, République Populaire de Chine

C’est le tronçon le plus visité de la Muraille de Chine. Certes, avec ses 5,7 mètres de largeurs (de quoi faire passer 10 fantassins ou 5 cavaliers tandis que la bataille faisait rage), il y a largement de quoi profiter de sa visite sans se sentir compressé. Mais l’ouverture de la Chine au monde entier, l’explosion touristique, les caprices climatiques ont mis sérieusement à mal ce monumental héritage de la culture chinoise. Le site compte une myriade de magasins de souvenirs, ainsi qu’un Starbucks Coffee ! Sans compter le pillage : pour repartir avec un morceau de la Grande Muraille, il vous en comptera la modique somme de 6 €

Pour conquérir la bravitude (de Ségolène), préférez l’escalade des portions de Jinchanling ou Sīmatái, bien plus authentiques, avec MARCO VASCO bien sûr !

 

  1. Cozumel, Mexique

Aimez-vous les paquebots monstres déversant des essaims d’Américains en chemise à fleurs sur l’une des îles des plus paradisiaques du monde ? Aux abords de la Riviera Maya, non loin des stations balnéaires mastodontes de Playa del Carmen et de Cancun, Cozumel attire un nombre toujours croissant de touristes avides de découvrir le récif de la rive de la Mésoamérique toute proche. Une splendeur de la nature et la possibilité d’admirer des merveilles de faune aquatique. Résultat des croisières à répétition ? Un réchauffement de l’eau particulièrement délétère pour les coraux.

 

  1. Pattaya, Thaïlande

C’était l’une des perles de l’Asie du Sud-Est, image d’Épinal exotique, populations aimables, plages de sable fin. Mais ça, c’était avant. Pattaya, haut lieu de débauche, est devenu le point de rencontres d’autochtones retors et de voyageurs pas forcément bien intentionnés. Prostitution, promiscuité, violence sont devenus le lot d’un quotidien très éloigné des brochures touristiques sur papier glacé. Pire, la pollution y a pris des proportions si inquiétantes que le Pollution Control Department a dû prendre des mesures d’urgence afin de résoudre le problème avant 2021. Le Pays du sourire ? Mon œil !

Heureusement, la Thaïlande a beaucoup d’autres endroits qui vous en mettront plein la vue ! thailande.marcovasco.fr

  1. Venise, Italie

Bon, là, on avoue, on exagère un peu dans la mauvaise foi… Il faut dire que sur la Place Saint-Marc, la révolte gronde et un cri monte : ras-le-bol des touristes ! C’est qu’ils sont 60 000 à débarquer par bateau pour visiter ses trésors et retrouver un peu de ce que l’histoire italienne a eu de plus extravagant. Comment leur en vouloir ? Qui plus est, tous ces promeneurs apportent une manne qui permet à Venise et ses îles environnantes de vivre très grassement. Gros hic tout de même : le ballet des bateaux érode plus encore les bâtisses qui luttent déjà pour ne pas sombrer. Et pour ne rien arranger, la cherté de la ville pousse les Vénitiens à l’exode. Un chef d’œuvre gravement en péril ? Pas si sûr ! En fait, ça fait des siècles que les Vénitiens nous font le coup de l’Atlantide (lire l’excellent Venise Triomphante d’Elizabeth Crouzet-Pavant), et ont fait de leur prochain engloutissement un véritable fonds de commerce  !