Le Very Bad Trip

Bidon, bidon, bidonvilles…
Les pires bidonvilles du Monde

13 octobre 2016
bidonvilles

Ils ne font rêver personne, symbolisent les inégalités du monde, et les voyageurs ne peuvent les ignorer. Certains continents en sont constellés. Un mauvais trip dans les plus grands bidonvilles de la planète.

 

  1. Tondo, Manille, Philippines

Avec près de 65 000 habitants au km2, c’est l’une des zones les plus peuplées de la planète. Né dans les années 40, explosant dans les années 70 (voir le pétrifiant Manille, dans les griffes des ténèbres du cinéaste philippin Lino Brocka), Tondo accueille tous les « exilés de l’intérieur » venus tenter leur chance dans la capitale après avoir fui la misère des campagnes. Des familles de six personnes vivent dans des « cages » de 10m2, une précarité absolue et un air saturé par la pollution. Les tentatives gouvernementales pour limiter les nouvelles installations ont toujours été vouées à l’échec.

 

  1. Kibera, Nairobi, Kenya

C’est un bidonville fleuve éparpillé dans le sud de la capitale kényane. A Kibera (« Forêt » en langue nubienne), pas loin de 50% de la population y survit, soit 1 million (chiffre contesté) sur les 2,3 millions d’habitants ! Dans le plus grand bidonville d’Afrique (256 hectares), on y existe malgré tout, sur à peine 5% de la surface résidentielle de la ville : un record ! Une société « parallèle » s’est donc créée, au fil des décennies, dans des conditions infernales, le tout arrosé au Changaa, un alcool bon marché qui fait des ravages.

 

  1. Dharavi, Mumbai, Inde

Le plus grand bidonville d’Asie compte près d’un million d’habitants. Installé dans l’agglomération de Mumbai, capitale du Marahashtra, pourtant un des états les plus riches de l’Inde, il s’est bâti à la fin du XIXe siècle sur d’anciens marécages, recevant au fil du temps déclassés, paysans poussés par l’exode rurale et intouchables. Plus de 100 000 familles y vivraient aujourd’hui, avec une densité de population avoisinant les 17 000 habitants au km2. Avec un cabinet de toilette pour 1 400 habitants. Et malgré ce constat effroyable, Dharavi est devenu un centre réputé de l’artisanat indien (tanneurs, potiers, maroquiniers…). Dharavi tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or !

 

  1. Orangi Town, Karachi, Pakistan

Pas mieux chez le voisin pakistanais. Orangi Town est le quartier pauvre qui a grossi au nord-ouest de la capitale Karachi. Entre Dharavi et ce bidonville de près d’un million d’habitants, c’est une sorte de course sombre au record de promiscuité et d’insalubrité. Il est composé d’une population misérable issue des communautés mohajir (les musulmans qui ont fui l’Inde après la partition de 1947) et sindhi, venue du sud du pays. Dans ce bidonville, 80% de la population occupe une profession dite « informelle », en vérité hors de tout cadre légal.